Cet article date de plus de cinq ans.

Report du prélèvement à la source pour les salariés des particuliers : les dispositifs n'auraient "pas été vraiment prêts" en 2019

Selon la présidente de la Fédération des particuliers employeurs de France, invitée sur franceinfo jeudi 5 juillet, il faut davantage de temps pour créer une "troisième génération de plate-forme" d'aide aux particuliers employeurs.

Article rédigé par franceinfo
Radio France
Publié
Temps de lecture : 2 min
Le prélèvement à la source sera décalé à 2020 pourenviron 250 000 personnes employées par des particuliers. (THIERRY LINDAUER / MAXPPP)

"C'était très important de bien partir sur ce sujet et de vraiment mettre en place le dispositif tout en un", a commenté jeudi 5 juillet sur franceinfo Marie-Béatrice Levaux, la présidente de la Fédération des particuliers employeurs de France, se félicitant du report d'un an du prélèvement de l'impôt à la source pour les salariés des particuliers. Il faut, selon elle, davantage de temps pour créer une "troisième génération de plate-forme" d'aide aux particuliers employeurs.

franceinfo. Êtes-vous satisfaite de ce report ?

Marie-Béatrice Levaux. Oui, parce que c'est une mesure que nous avions proposée il y a quelques semaines, au moment où nous avons senti que les dispositifs, qui sont complexes [à mettre en place] sur des plate-formes Cesu et Pajemploi, qui sont quand même nos références de simplification, n'auraient pas été vraiment prêts au 1er janvier 2019. Il était donc très important de bien partir sur ce sujet et de vraiment mettre en place le dispositif tout en un, qui va vraiment faciliter la vie de nos particuliers employeurs sur ce sujet et puis bien sûr faire attention à ce que nos salariés ne soient pas en difficulté par rapport à cette période de transition.

Votre fédération est-elle opposée au prélèvement à la source ?

Nous ne sommes pas contre la mesure du prélèvement à la source, nous disons simplement que les millions de particuliers employeurs aujourd'hui en France, qui emploient près d'1,4 million de salariés, n'ont ni service comptable ni service ressources humaines dans leur cuisine et qu'on est dans des dispositifs où on a la chance nous d'avoir cette plate-forme de simplification connue de tous. Il était donc très important de pouvoir utiliser cette troisième génération de plate-forme pour mettre en place encore des dispositifs améliorés de simplification, à la fois pour permettre que le particulier employeur n'ait pas à prendre en charge l'impôt de son salarié, que cela se fasse en back-office, et que demain l'on puisse également gérer mieux le crédit d'impôt pour l'emploi à domicile qui doit également évoluer.

Qu'en est-il des salariés en difficulté qui vont devoir économiser pour payer deux années d'impôt en une ?

Il faut être clair. Les salariés des particuliers employeurs peuvent absolument payer tous les mois s'ils le souhaitent, dès 2019, leurs impôts. Il n'y a pas d'interdiction. Ils vont pouvoir volontairement verser des acomptes mensuels ou trimestriels. Celles et ceux qui ne le souhaiteraient pas ou qui ne le pourraient pas, auront trois mois au dernier trimestre 2020 pour verser leur impôt 2019. Mais encore une fois il n'est pas interdit pour nos salariés de continuer à être prélevés sur leur compte bancaire tous les mois.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.