Quelque 3.000 agences immobilières ont mis la clé sous la porte en 2012

L'immobilier paye un lourd tribut à la crise économique : avec des transactions en recul de près de 19 % dans l'ancien, une agence immobilière sur dix (3.000) a fermé ses portes en 2012 en France, entraînant la destruction de quelque 10.000 emplois.

(Maxppp)

" C'est une chute extrêmement
forte, plus importante que celle qui a suivi la crise des subprimes
" , analyse
Jean-François Buet, président de la Fnaim, commentant la baisse des ventes en
2012 : 655.000 transactions dans l'ancien contre 805.000 en 2011. Soit une
baisse de 18,6 %.

Avec des conséquences directes sur l'emploi
: 10.000 emplois détruits sur les 80.000 que comptait le secteur au début de
l'année 2012. Trois-mille des 30.000 agences immobilières ont mis la clé sous
la porte, soit une sur dix, selon la Fnaim, sans préciser toutefois quelle proportion de ces fermetures est directement imputable à des difficultés financières liées à la crise. La Fnaim s'attend en outre à une nouvelle baisse
des transactions, peut-être jusqu'à 600.000, en 2013 — 

Un seul bémol pour les agences dans ce marasme
ambiant : la baisse des prix attendue n'a pas eu lieu, du fait notamment de la
pénurie de logements à la vente et des taux d'intérêts qui atteignent un plancher
historique (3,23 % en moyenne).

Pour 2013, la Fnaim prévoit une baisse maximale des prix de 2 % par
rapport à 2012.