HLM : la vente difficile des appartements

Le gouvernement compte faire des économies sur son budget logement. Il voudrait vendre 40 000 appartements chaque année, 4 à 5 fois plus qu'aujourd'hui. Mais ce sont des biens très difficiles à vendre.

Voir la vidéo
FRANCE 2

Philippe Coudreau dirige l'office HLM de Troyes (Aube), qui possède 62% de logements sociaux, bien au-dessus des quotas nationaux. L'office en vend chaque année une cinquantaine et ce n'est pas simple. Principale difficulté : les biens sont concentrés dans des quartiers sensibles. L'office vend un appartement dans l'état dans lequel le locataire l'a laissé, avec une baisse de prix, à 44 000 euros pour un des biens présentés dans la ville de Troyes.

Les locataires ne peuvent pas acheter

Les locataires sont prioritaires pour acheter leur appartement, mais ils n'en ont souvent pas les moyens. Ceux qui y vivent préféreraient partir. Conséquence, la majorité des appartements est vendue à des personnes extérieures au parc social. Marie-Carmen Gomez a par exemple acheté son appartement quatre pièces pour 56 000 euros et 30 000 de travaux. "C'était déjà un prix que je pouvais mettre alors qu'ailleurs ce n’était pas possible, ça montait tout de suite à 100 000 euros", affirme la propriétaire.

Le JT
Les autres sujets du JT
Une affiche lors d\'une manifestation contre la baisse des APL couplée à une baisse des loyers dans les logements sociaux, le 15 novembre 2017 à Saint-Denis (Seine-Saint-Denis). 
Une affiche lors d'une manifestation contre la baisse des APL couplée à une baisse des loyers dans les logements sociaux, le 15 novembre 2017 à Saint-Denis (Seine-Saint-Denis).  (ALPHACIT NEWIM / CITIZENSIDE / AFP)