Logements : face au phénomène de décohabitation, la nécessité de construire des nouveaux bâtiments

Publié
Durée de la vidéo : 1 min
Logements : face au phénomène de décohabitation, la nécessité de construire des nouveaux bâtiments
Logements : face au phénomène de décohabitation, la nécessité de construire des nouveaux bâtiments Logements : face au phénomène de décohabitation, la nécessité de construire des nouveaux bâtiments (France 2)
Article rédigé par France 2 - V. Leboeuf
France Télévisions
France 2
Selon une étude, il faudrait construire près de 400 000 logements supplémentaires chaque année pour permettre d'héberger dignement tous les Français. Des logements neufs qui seraient également une solution pour répondre au phénomène de décohabitation.

Construire près de 400 000 logements supplémentaires chaque année permettrait d'héberger dignement tous les Français, selon une étude. Ces nouveaux logements seraient aussi une solution pour faire face au phénomène de décohabitation, appelé aussi "desserrement". "C'est le fait qu'on étudie de plus en plus longtemps, et donc qu'on a besoin d'un logement seul dans ses jeunes années de plus en plus, qu'on vieillit plus et donc que, là aussi, on reste plus longtemps dans son logement. Et puis, [il y a] les phénomènes de familles recomposées, de familles monoparentales, qui font que, là aussi, là où on avait besoin d'un seul logement, il en faut deux aujourd'hui", explique Paul Meyer, délégué général de l'Union nationale des aménageurs (Unam).

Des besoins importants autour des grandes métropoles

Pourtant, la démographie diminue, et de nombreux logements sont vacants. Mais ces logements ne permettent pas de faire baisser la demande, puisqu'ils ne sont pas situés en périphérie des grandes villes ou sur des bassins d'emplois. Les besoins en logements sont importants autour des grandes métropoles comme Lyon (Rhône), Bordeaux (Gironde), Toulouse (Haute-Garonne), Nantes (Loire-Atlantique) ou Rennes (Ille-et-Vilaine).

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.