Immobilier : l'année 2016 s'annonce positive

67% des professionnels de l'immobilier se disent optimistes pour 2016. Dans certaines régions, comme en Alsace, les transactions repartent et acheteurs et vendeurs y trouvent leur compte.

France 3

Ce début d'année 2016 est positif pour le marché de l'immobilier en France, et cela devrait durer. Les transactions repartent à la hausse et les prix se stabilisent, même si la situation est contrastée d'un territoire à un autre.

L'Alsace est la région où le marché est le plus dynamique ces temps-ci. Luis Gaspar, 33 ans, est très intéressé par une grande maison à 245 000 euros à Mundolsheim (Bas-Rhin). Ce qui le motive : des taux d'intérêts bas et des prix raisonnables. Anseen Miniandee, agent immobilier, confirme l'embellie : "Depuis l'été, l'envie des gens est plus importante. Ils se rendent disponibles pour aboutir à leur projet immobilier".

Des taux de crédits très attractifs

67% des professionnels de l'immobilier sont optimistes pour le millésime 2016. L'élargissement du prêt à taux zéro, annoncé par le gouvernement, y est pour quelque chose. L'attractivité des taux de crédits aussi. "On empruntait sur 25 ans en 2012 au-delà de 4%. Aujourd'hui, on est plutôt autour de 2,5%. Ce qui veut dire que concrètement, vous amortissez aujourd'hui dès le premier mois de remboursement plus de capital que vous ne remboursez d'intérêts", explique à France 2 Chantal Lutter, courtier un crédit immobilier.

Le JT
Les autres sujets du JT
Les Français situent la barre de la richesse patrimoniale (patrimoine immobilier et financier) à partir de 500 000 euros, alors qu\'ils la fixaient à 1 million d\'euros en 2011, selon un sondage Odoxa pour \"Les Échos\", Radio Classique et FTI Consulting, publié le 24 juin 2015.
Les Français situent la barre de la richesse patrimoniale (patrimoine immobilier et financier) à partir de 500 000 euros, alors qu'ils la fixaient à 1 million d'euros en 2011, selon un sondage Odoxa pour "Les Échos", Radio Classique et FTI Consulting, publié le 24 juin 2015. (THOMAS EISENHUTH / ZB / AFP)