Rénovation énergétique des bâtiments : les ménages les plus modestes auront une prime majorée

Des montants forfaitaires seront déterminés "par type de travaux". Le dispositif sera recentré sur les 40% de ménages les plus modestes. 

Une maison en rénovation, le 24 mars 2019. 
Une maison en rénovation, le 24 mars 2019.  (CHASSENET / BSIP / AFP)

Le gouvernement veut transformer à partir de 2020 l'aide à la rénovation énergétique des bâtiments en une prime qui sera majorée pour les 40 % de ménages les plus modestes, a indiqué vendredi 9 août le ministère de la Transition Ecologique.

"Cette prime suivra des barèmes majorés" pour les ménages aux ressources "très modestes" et "modestes", afin de "réduire encore plus le reste à charge des travaux", a décrit le ministère, confirmant une information des Echos. La somme sera notamment définie "en tenant compte des économies d'énergie". Des montants forfaitaires doivent être déterminés "par type de travaux".

Les ménages aisés exclus du dispositif ?

Les autres ménages, hormis les plus riches, pourront également y prétendre à partir de 2021. Cette prime, qui sera distribuée par l'Agence nationale de l'habitat (Anah), doit remplacer le Crédit d'impôt pour la transition énergétique (CITE). Elle permettra aux ménages de ne plus avancer le montant couvert par l'aide. "L'objectif de cette réforme est de massifier la rénovation énergétique des logements en rendant les aides plus simples et plus efficaces", a commenté le ministère.

En revanche, le dispositif devrait être supprimé pour les 20% des ménages les plus aisés, ont néanmoins indiqué Les Echos, ce que les organisations professionnelles ont confirmé à franceinfo.