Nîmes : une résidence fait de la publicité mensongère sur des appartements aux normes environnementales

Les appartements devaient consommer peu d'énergie grâce à des panneaux solaires. Une équipe de France 2 s'est rendue sur place.

FRANCE 2
#AlertePollution

Rivières ou sols contaminés, déchets industriels abandonnés… Vous vivez à proximité d’un site pollué ?
Cliquez ici pour nous alerter !

Sur le papier, elle avait tout pour plaire. La résidence de "La Croix du Sud" à Garons dans le Gard est une résidence BBC (Batiment à basse consommation) grâce notamment à ses 21 panneaux solaires. Marie-Andrée Pommier avait acheté sur plan, mais en découvrant les panneaux, elle a très vite douté. "Lorsque je les ai vus, je me suis inquiétée. Il me semblait que ça ne fonctionnait pas. Je trouvais que c'était insuffisant pour l'ensemble de la résidence", explique la propriétaire. 

Cas similaires

Une inquiétude qui s'est confirmée. L'installation solaire est sous dimensionnée pour 43 logements. La chaudière au gaz peine à prendre le relais. C'est soit eau chaude, soit eau froide, cela depuis trois ans et encore c'est aléatoire. Les chauffages aussi sont défaillants. Ici, les charges ont explosé passant parfois de 50 à 100 euros par mois.
Propriétaires ou locataires ont l'impression d'avoir été trompés. "Quand on a fait la visite de l'appartement, on nous a clairement dit que c'était chauffé par les panneaux solaires, que du coup cela ne nous coûterait quasiment rien à l'année", explique Charlotte Zammali, une locataire. 16 familles ont porté l'affaire en justice. La résidence "Croix du Sud" n'est pas un cas isolé. UFC-Que Choisir est saisi de six autres dossiers identiques rien qu'à Nîmes. Là aussi la promesse du solaire n'a pas été tenue.

Le JT
Les autres sujets du JT
L\'intérieur de l\'appartement de la rue Kléber à Mulhouse avant qu\'il ne soit loué à Samir H.
L'intérieur de l'appartement de la rue Kléber à Mulhouse avant qu'il ne soit loué à Samir H. ( DR )