"Il n’y a que des femmes ici, cela me rassure": à Paris, les femmes sans-abri seules ont désormais un nouveau lieu d'accueil

L'alerte "grand froid" pour les sans-abri a aussi été activée dans 22 départements au total. À Paris, la Cité des dames accueille les femmes seules sans-abri 24h24 et 7 jours sur 7.

L\'entrée du centre, rue Chevaleret, dans le 13e arrondissement.
L'entrée du centre, rue Chevaleret, dans le 13e arrondissement. (GOOGLE STREET VIEW)

La Cité des dames, c'est d'abord cette grande pièce, un accueil ouvert sur la rue pour boire un café, manger dans un fauteuil et, dans le coin buanderie, se doucher et laver son linge. Une fois passé un couloir, un espace de 25 couchettes, dans lequel les femmes peuvent se reposer et dormir jour et nuit, sans aucun homme.

"C’est ici que j’ai une famille !"

"La volonté de la non-mixité est de permettre qu’elle puisse traverser les espaces sans problème d’intimité, et être un peu dévêtues...", défend Nadège Passereau, déléguée générale de l’Association pour le développement de la santé des femmes, qui a ouvert le lieu avec l’Armée du salut. "C’est aussi un gage de sécurité, selon Odile, arrivée de Côte d'Ivoire il y a cinq mois, dont un passé à la rue. Il n’y a pas de menace. Ici, il n’y a que des femmes, cela me rassure." 

Je n’ai pas demandé d’aide : je ne connaissais personne. C’est ici que j’ai une famille !Mazeguelaà franceinfo

Ici, ces femmes "invisibles" ont accès à des sages-femmes, des psychologues, des travailleurs sociaux. Un début d'accompagnement rare selon Christophe Piedra, de l’Armée du salut. "L’idée est qu’une rencontre soit faite entre ces personnes qui échappent au radar des travailleurs sociaux et un travailleur social, au moins pour une évaluation. Cela permet de les rendre visibles, et de renouer quelque chose avec elles." Il y a aussi six lits "passerelles" pour un accompagnement encore plus rapide vers un habitat durable. Les cinquante places de la Cité des dames, elles, sont toutes occupées.

A Paris, les femmes sans-abri seules ont désormais un nouveau lieu d'accueil - reportage Rémi Brancato
--'--
--'--