Achats sur plan : attention aux arnaques

Une étude révèle jeudi 15 novembre l'ampleur des mauvaises pratiques de certains promoteurs immobiliers. Quand le bien est acheté sur plans, souvent, les litiges explosent. 

Sa maison neuve, dans la banlieue de Lyon (Rhône), Géraldine l'a attendue plus longtemps que prévu. À son arrivée, elle décrit un logement sans eau, sans électricité et truffé de malfaçons. "Quand on est arrivés, il y avait encore plus de malfaçons qu'à l'heure actuelle", déplore-t-elle. Le promoteur lui annonçait à chaque fois des retards dans la construction, en tout plus de quatre mois, alors qu'elle a déjà rendu son ancien logement. Elle a ensuite tenté de bloquer chez le notaire la dernière somme de 14 000 €. Seulement, le promoteur a menacé de ne pas lui donner les clés. Un chantage illégal, mais malheureusement répandu.

Cinq mois et demi de retard en moyenne

Selon une étude de Que Choisir, les litiges pour la vente sur plans explosent, augmentant de 84% entre 2017 et 2018. La première cause serait le retard de livraison, en moyenne cinq mois et demi, avec un préjudice financier de 156 millions d'euros en 2017. Selon l'associations de défense des consommateurs, la loi n'est pas en accord avec les pratiques des promoteurs. L'UFC-Que Choisir demande au gouvernement de mieux encadrer les pratiques des promoteurs immobiliers.

Le JT
Les autres sujets du JT
Un nouvel immeuble d\'habitation en construction à Toulouse (Haute-Garonne), le 20 août 2012.
Un nouvel immeuble d'habitation en construction à Toulouse (Haute-Garonne), le 20 août 2012. (PASCAL PAVANI / AFP)