VIDEO. La grève des routiers s'essouffle mais se poursuit

Les négociations entre les routiers et le patronat sont interrompues ce mercredi 21 janvier. Au sein de la profession, certains n'adhèrent pas au mouvement.

FRANCE 2

Le patronat a quitté la table des négociations avec les routiers hier soir, mardi 20 janvier, et ne les reprendra que demain matin. Les grévistes ont mené quelques opérations escargot ce matin, mais avec peu d'effets, compte tenu du nombre restreint de manifestants et du peu d'organisation.
Les syndicats entendent se remobiliser dès demain : "S'il n'y a pas d'accord, il faudra tout bloquer : péages, autoroutes, stations-essences...", annonce Benoît Cattelin, de CGT-Transports Nord.

Non-grévistes mais solidaires

Les grévistes concèdent que dans la profession, certains ne sont pas d'accord avec le mouvement. "Les salariés qui ne se sentent pas concernés perdent aussi des avantages. Le jour où on aura tout perdu, on aura plus que nos yeux pour pleurer", annonce un gréviste à France 2.
Les non-grévistes sont pour la plupart solidaires, mais ils ne veulent pas mettre leur société en péril. "Ça ne m'intéresse pas de faire ce genre de grèves", assure l'un d'eux.
En cas d'échec des pourparlers demain, la CFDT-Transports pourrait rallier le mouvement de l'Intersyndicale.

Le JT
Les autres sujets du JT
La grève des chauffeurs routiers à Rennes (Ile-et-Vilaine), le 20 janvier 2015.
La grève des chauffeurs routiers à Rennes (Ile-et-Vilaine), le 20 janvier 2015. ( MAXPPP)