Grève du 5 décembre : à quoi faut-il s'attendre dans les écoles et les crèches ?

La très forte mobilisation complique l'instauration du service minimum d'accueil.

Les enseignants du primaire avaient jusqu\'à lundi soir minuit pour se déclarer grévistes.
Les enseignants du primaire avaient jusqu'à lundi soir minuit pour se déclarer grévistes. (MAXPPP)

Les principaux syndicats appellent les enseignants à la grève le 5 décembre et le mouvement s'annonce d'ores et déjà particulièrement suivi. Les enseignants du primaire avaient en effet jusqu'à lundi soir minuit pour se déclarer grévistes. Cette forte mobilisation complique l'instauration du service minimum d'accueil.

>>> Grève du 5 décembre : prévisions, mobilisations, trafic, suivez les dernières informations dans notre direct

Le secrétaire d'Etat chargé de la Jeunesse, Gabriel Attal, a reconnu, mardi 3 décembre, que ce service minimum d'accueil dans les écoles ne pourrait être garanti "dans les communes où les agents sont majoritairement en grève". Franceinfo fait le point sur l'ampleur du mouvement. 

40% des écoles primaires fermées

"Près de 70% des enseignants se sont déclarés en grève pour la journée du 5 décembre et 40% des écoles seront fermées", indique le Snuipp-FSU, premier syndicat du primaire. "Le milieu rural est plus massivement en grève que le milieu urbain, c'est frappant."

La loi d'août 2008 a instauré un droit d'accueil des élèves en maternelle et élémentaire. Lorsque le nombre prévisionnel de grévistes est inférieur à 25% des enseignants, l'école doit accueillir les élèves avec les professeurs non grévistes. Lorsqu'il est supérieur à 25%, c'est à la commune d'assurer l'accueil, en faisant appel à son personnel.

60% des professeurs grévistes dans le secondaire

Dans le secondaire, le mouvement de grève "s'annonce très fort, avec plus de 60% de professeurs déclarés grévistes", annonce Frédérique Rolet, secrétaire générale du Snes-FSU. "De nombreux lycées seront également fermés." "Les collèges et lycées devraient rester ouverts pour la plupart, mais il y aura certainement des perturbations, des cours ou de la restauration", prévient Philippe Vincent, à la tête du SNPDEN, premier syndicat de proviseurs.

Cantines et temps périscolaires perturbés

La cantine et le périscolaire risquent aussi de ne pas être assurés dans de nombreux établissements, du primaire et du secondaire. "Les écoles primaires auront du mal à assurer le service minimum d'accueil dans la mesure où les agents municipaux seront très nombreux à faire grève, les communes feront ce qu'elles peuvent", prévient Francette Popineau, secrétaire générale du Snuipp-FSU.

Les crèches municipales également touchées

Du côté des crèches municipales (environ 60% des places de crèche en France), la grève "aura un impact, c'est certain", a dit à l'AFP Elisabeth Laithier, chargée du dossier petite enfance à l'Association des maires de France. Elle ne dispose d'aucun chiffre à ce stade. "En général, on essaye d'assurer un minimum de service d'accueil", a-t-elle souligné. Les communes qui le pourront essaieront de s'organiser en regroupant les personnels non grévistes dans certaines crèches, de manière à avoir le taux d'encadrement minimal et maintenir ainsi ouvertes certaines structures.

Pas de préavis dans les crèches privées 

Du côté des structures privées, la Fédération française des entreprises de crèches (FFEC, qui "pèse" environ 10% des places en France) n'avait reçu aucun préavis de grève en fin de semaine dernière, mais les difficultés pourraient venir des conséquences de la grève dans les transports, qui pourraient empêcher beaucoup de professionnels de se rendre à leur travail.