Grève contre la réforme des retraites : l'économie commence à se gripper

Les entreprises de différents secteurs commencent à ressentir les conséquences de la grève des cheminots contre la réforme des retraites au bout de cinq jours.

franceinfo

Un train de marchandises est immobilisé à Gevrey-Chambertin (Côte-d'Or) lundi 9 décembre. Il transporte des bobines de papier qui doivent être livrées dans une usine à seulement 3 km de là. Mais à cause de la grève contre la réforme des retraites, le train n'a pas bougé depuis jeudi 5 décembre, en raison de la fermeture d'un poste d'aiguillage. Le transporteur compte un total de 400 trains bloqués dans toute la France. "Le manque a gagner est probablement de plusieurs millions, on verra après, ça va dépendre de la durée", commente Loïc Battu, le directeur de Corridor Méditerranée Euro Cargo Rail.

>> Grève du 10 décembre : suivez les perturbations et la mobilisation en direct

Un fabricant d'outils coupants est aussi inquiet. Le retard d'approvisionnement se fait sentir. "On a un flux au niveau de la rentrée de commandes qui est en baisse relativement importante", assure Daniel Matthey, directeur de Magafor. Les services à la personne aussi sont touchés par le mouvement de grève. Sans métro, les agents de ménage ont du mal à se rendre au domicile des clients."On ne peut pas tenir deux semaines, trois semaines à 50% de notre chiffre d'affaires, ce n'est pas possible", explique Jean-Christophe Puissant, directeur de l'antenne Shiva Denfert-Rochereau à Paris. Le ministre de l'Économie devrait recevoir les représentants des commerçants mercredi 11 décembre.

Le JT
Les autres sujets du JT
Le ministère de l\'Economie et des Finances, dans le 12e arrondissement de Paris.
Le ministère de l'Economie et des Finances, dans le 12e arrondissement de Paris. (MANUEL COHEN / AFP)