"Cela a été d'une violence sans nom" : quand Laurent Pietraszewski a mis à pied une caissière qui avait offert un pain au chocolat à une cliente

Lorsqu'il était à la direction des ressources humaines du groupe Auchan, le nouveau "monsieur retraites" du gouvernement a appelé la police et fait placer en garde à vue l'une de ses caissières "pour une histoire de petit pain".

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Laurent Pietraszewski, le 18 décembre 2019 à l'Elysée à Paris. (FRED DUGIT / MAXPPP)

Laurent Pietraszewski, député LREM du Nord, a été nommé mercredi 18 décembre secrétaire d'État aux retraites en remplacement du démissionnaire Jean-Paul Delevoye. À 53 ans, Laurent Pietraszewski est un novice en politique : issu de la société civile, il a passé 17 ans au sein du groupe Auchan, dont sept au service des ressources humaines.

À l'époque, le nouveau "monsieur retraites" du gouvernement n'a pas laissé que de bons souvenirs lorsqu'il était à la direction des ressources humaines du groupe Auchan. En 2002, un incident éclate alors qu'il est responsable des ressources humaines dans le magasin Auchan de Béthune, dans le Pas-de-Calais. Une caissière, qui est par ailleurs à l'époque déléguée syndicale CFDT, offre à une cliente un pain au chocolat qui était trop cuit. Immédiatement mise à pied, elle est placée en garde à vue pour vol. "Cela a été d'une violence sans nom", témoigne sur franceinfo Guy Laplatine, à l'époque délégué régional pour la CFDT. 

Vous voyez le traumatisme que cela a été pour ma collègue qui est partie entre deux flics pour une histoire de petit pain.

Guy Laplatine

à franceinfo

"Cela a fini par s'arranger et notre collègue a été réintégrée", poursuit Guy Laplatine. "C'est une erreur de jeunesse, après, il s'est calmé", assure-t-il. De son côté, Laurent Pietraszewski assume : "Mon rôle a été d'examiner des éléments objectifs. Après avoir sollicité l'inspection du travail, j'ai pris cette décision. La collaboratrice ne l'a pas contesté aux prud'hommes", explique-t-il dans le journal L'Humanité.

Chargé de remplacer le démissionnaire Jean-Paul Delevoye, rattrapé par une semaine de révélations sur ses activités parallèles et mandats non déclarés, Laurent Pietraszewski va devoir mener à son terme la très contestée réforme des retraites.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.