"Je pourrai ainsi prouver ma bonne foi", confie Jean-Paul Delevoye après que la justice a été saisie pour ses "omissions"

Jean-Paul Delevoye a affirmé à franceinfo qu'il s'agit "des omissions pour des engagements bénévoles", alors que la Haute autorité pour la transparence de la vie publique saisit la justice.

Jean-Paul Delevoye, l\'ancien haut-commissaire en charge de la réforme des retraites, le 18 décembre 2019.
Jean-Paul Delevoye, l'ancien haut-commissaire en charge de la réforme des retraites, le 18 décembre 2019. (VINCENT ISORE / MAXPPP)

L'ancien haut-commissaire en charge de la réforme des retraites, Jean-Paul Delevoye a réagi mercredi 18 décembre, après l'annonce, par la Haute autorité pour la transparence de la vie publique (HATVP), de la saisie de la justice au sujet des "omissions" dans sa déclaration d'intérêts.

>> Réforme des retraites : quatre choses à savoir sur la démission de Jean-Paul Delevoye

"Nul n'est au-dessus des lois. Je pourrai ainsi prouver ma bonne foi", a indiqué Jean-Paul Delevoye dans un message envoyé à franceinfo. "Je rappelle qu'il s'agit des omissions pour des engagements bénévoles", a également dit Jean-Paul Delevoye.

La HATVP n'a pas été informée d'un cumul d'activités de Jean-Paul Delevoye. L'instance indépendante "considère que les omissions dans la déclaration initiale de Jean-Paul Delevoye, en raison de leur nombre, de la nature de certains intérêts omis et des risques de conflits d'intérêts avec ses fonctions gouvernementales, sont susceptibles de caractériser l'infraction d'omission substantielle d'une partie de ses intérêts".