Grèves : les commerçants inquiets

Après dix jours de grève contre la réforme des retraites, les commerçants réclament une trêve pour les fêtes. Un an après le mouvement des "gilets jaunes", les difficultés s'accumulent.

Une baisse du chiffre d'affaires de 30 à 70 %. La période est cruciale pour les fêtes. Dix jours avant Noel, les vitrines font le bonheur des enfants qui croient au Père Noël. Pour certains passants, il y a moins de monde, un motif de satisfaction, mais beaucoup ont fait leurs achats sur internet. "On passe plus par internet malheureusement donc pour les commerçants, c'est sûr que ça va être plus difficile pour eux", reconnaît une femme.

L'hôtellerie fortement touchée

Les commerçants sont en effet censés réaliser leurs plus grosses ventes de l'année. "Normalement au mois de décembre, c'est rythmé, on court tout le temps. Là on est samedi et c'est très calme. Il est 17 heures et il n'y a personne dans la boutique", explique une reposable de boutique de lingerie. Même son de cloche dans l'hôtellerie, où les annulations pleuvent. Ils craignent que les gens restent chez eux. À Marseille (Bouches-du-Rhône), on a décidé de donner un coup de pouce, notamment avec l'opération "parkings gratuits".

Le 6 mai 2018 à Kampala, en Ouganda, un homme parie sur des matchs de football européens avec un téléphone portable dans un magasin de paris sportifs.
Le 6 mai 2018 à Kampala, en Ouganda, un homme parie sur des matchs de football européens avec un téléphone portable dans un magasin de paris sportifs. (ISAAC KASAMANI / AFP)