Le droit de grève dans le monde

Alors qu’en France, les syndicats ont appelé les personnels de la fonction publique et les cheminots à faire grève, le droit de grève n’est pas garanti de la même manière partout dans le monde.

Voir la vidéo
BRUT

En France, le droit de grève existe depuis 1864. Inscrit dans le préambule de la Constitution de 1946 comme "un principe particulièrement nécessaire à notre temps", il a valeur constitutionnelle depuis 1971. Mais pour certaines professions, ce droit est restreint voire interdit. C’est le cas des policiers, des soldats et gendarmes, des surveillants pénitentiaires et gardiens de prison, mais aussi des magistrats.

Depuis plusieurs années, le nombre de grèves diminue. Mais la France reste le pays avec le plus de jours de grève pour 1000 salariés, avec 123 jours en 2016 selon l’Institut de l’économie allemande (IW). La culture de la grève n’est pas aussi présente dans tous les pays.

Un droit de grève absent ou menacé

Au Japon, la plupart des grévistes préfèrent porter un brassard sur leur lieu de travail en signe de solidarité avec le mouvement. La culture du travail est fondamentale dans ce pays où une majorité de salariés de prennent pas les 20 jours de congés annuels auxquels ils ont droit. Pourtant, le Japon a connu des mouvements sociaux, notamment après la Seconde Guerre mondiale. Plus d’un million de Japonais étaient alors descendus dans la rue à l’appel du Parti communiste.

Dans certains pays, le droit de grève est menacé. En Grèce, qui a connu près de 50 grèves générales depuis 2010, le Parlement vient de voter une loi restreignant le droit de grève. Les grévistes doivent désormais avoir le soutien de 50% des membres des syndicats. Une restriction du droit de grève qui est dénoncée par syndicats et manifestants. Il existe encore une cinquantaine de pays où faire grève est interdit. C’est notamment le cas en Corée du Nord, au Qatar et en Arabie Saoudite.

Le droit de grève dans le monde
Le droit de grève dans le monde (BRUT)