Urgences : les pistes d'Agnès Buzyn pour sortir de la crise

En déplacement au CHU de Poitiers (Vienne), la ministre de la Santé a rencontré le personnel des urgences avant de donner des précisions sur plusieurs pistes de réforme.

FRANCE 3

Que propose Agnès Buzyn pour mettre un terme à la crise qui frappe les services d'urgences en France ? "Quatre annonces et un slogan : que les urgences ne soient plus notre premier réflexe mais notre dernier recours", explique le journaliste Jean-Christophe Batteria, en duplex devant le ministère de la Santé. Pour concrétiser ce slogan, la première mesure est à l'adresse des médecins régulateurs du Samu : ils n'enverront plus systématiquement les ambulances vers les urgences mais vers des maisons de santé.

Un but : désengorger les urgences

"En ce qui concerne les analyses médicales simples comme les prises de sang ou les échographies, les maisons de santé seront prioritaires. Le patient n'aura pas à avancer les fonds, le tiers payant sera élargi. Pour les personnes âgées dépendantes, le diagnostic par vidéo sera étendu dans les Ehpad. Toujours pour les personnes âgées, une filière sera créée au sein de l'hôpital en amont des urgences afin d'orienter vers les services de gériatrie", précise le journaliste.

La ministre de la Santé, Agnès Buzyn, visite le service des urgences du Centre hospitalier de Saint-Martin-de-Ré (Charente-Maritime) à La Rochelle, le 12 juillet 2019.
La ministre de la Santé, Agnès Buzyn, visite le service des urgences du Centre hospitalier de Saint-Martin-de-Ré (Charente-Maritime) à La Rochelle, le 12 juillet 2019. (XAVIER LEOTY / AFP)