VIDEO. "Panama Papers" : David Cameron avoue avoir détenu un compte offshore

Changement de version. Après avoir indiqué qu'il n'avait jamais détenu de compte offshore, le Premier ministre britannique a reconnu qu'il en possédait un jusqu'en 2010.

Voir la vidéo
France 2

Londres vient de vivre un coup de théâtre dans les "Panama Papers". Après avoir nié posséder un compte offshore, le Premier ministre britannique, David Cameron, a finalement de faire machine arrière, jeudi 7 avril. Il a reconnu dans une déclaration télévisée qu'il a détenu dans le passé des parts dans le fonds offshore de son père.

Il a affirmé avoir vendu ces parts en janvier 2010 pour environ 30 000 livres (37 000 euros), quelques mois avant d'être élu Premier ministre, et qu'il n'y avait "rien d'illégal" dans sa démarche.

Un sommet contre la corruption prévue à Londres

Les profits de ce fonds d'investissement, dont l'existence a été révélée en 2012 déjà par le journal The Guardian, ont échappé au fisc britannique pendant 30 ans grâce à un montage compliqué via le cabinet d'avocats panaméen Mossack Fonseca.

"Ce qui pose problème, c'est que le Premier ministre ne dit plus la même chose qu'il y a trois jours. Le doute est donc jeté au sein de la population britannique et la pression qui pèse sur lui est particulièrement forte ce soir", analyse le journaliste de France 2 Alban Mikoczy, en direct de Londres.

Cette affaire tombe d'autant plus mal pour David Cameron qu'il doit présider le mois prochain à Londres un sommet anti-corruption et qu'il prône régulièrement la lutte contre la corruption, incluant la transparence.

Le JT
Les autres sujets du JT
David Cameron, le 19 février 2016 à Bruxelles.
David Cameron, le 19 février 2016 à Bruxelles. (THIERRY CHARLIER / AFP)