La Sécurité sociale victime d'une arnaque

La Sécurité sociale a été volée d'un million d'euros. L'arnaque a duré plus d'un an à Marseille. Une vingtaine de personnes avaient mis au point de faux documents pour se faire indemniser.

FRANCE 3

Salariés fictifs, sociétés fictives et faux arrêts maladies pour toucher des indemnités : c'est l'arnaque dont a été victime la Sécurité sociale des Bouches-du-Rhône. Le préjudice s'élève à 680 000 euros. L'escroquerie a duré plus d'un an. Tout a démarré avec cinq sociétés fictives, une vingtaine de salariés mis en arrêt maladie quelques mois après leur embauche et surtout des salaires déclarés très élevés (entre 5 000 et 8 000 euros). "Ils ne correspondaient pas aux libellés de leurs emplois. Un directeur commercial avec des salaires de plus de 5 000 euros dans une entreprise de bâtiment, c'est un peu surprenant", commente Frederic Menasseyre, sous-directeur contrôle et contentieux à la Caisse d'assurance maladie de Marseille.

Un réseau d'une vingtaine de membres

En fouillant, la CPAM découvre aussi que les employeurs ne paient pas l'Urssaf. Une plainte est déposée pour fraude, il y a un an. Les enquêteurs marseillais, épaulés par des collègues parisiens, identifient 29 escrocs présumés : 26 Marseilllais, deux Niçois et un Parisien. Certains sont connus des services de police. Sept ont été écroués, poursuivis pour escoquerie en bande organisée, faux et usage de faux. Ils encourent dix ans de prison.

Le JT
Les autres sujets du JT