Whirlpool : Emmanuel Macron "a promis de continuer à chercher une solution" pour les anciens salariés, relate un délégué CFDT

Sur les 280 salariés de Whirlpool, seuls 43 travaillent encore sur le site d'Amiens, pour un fabricant de maisons en bois.

Article rédigé par
Radio France
Publié
Temps de lecture : 2 min.
Emmanuel Macron a rencontré les ex-salariés de Whirpool dans un café à Amiens, le 22 novembre 2021. (LUDOVIC MARIN / POOL)

Patrice Sinoquet, délégué CFDT et secrétaire du comité d'hygiène, de sécurité et des conditions de travail (CHSCT) de l'ex-usine Whirlpool d'Amiens, invité de franceinfo lundi 22 novembre, rapporte qu’Emmanuel Macron "a promis de continuer à chercher une solution" pour les anciens salariés de Whirlpool qui n’ont pas retrouvé d’emplois stables. Le président de la République a rencontré lundi matin des anciens salariés du groupe à Amiens, dans un café du centre-ville. Il a reconnu devant eux "s'être parfois fait prendre pour des imbéciles" par les différents repreneurs du site. L'ex-usine Whirlpool d'Amiens avait été rachetée en juin 2018, avant une liquidation un an et demi plus tard. Le deuxième repreneur, Ageco, a connu le même sort. Sur les 280 salariés de Whirlpool, 43 travaillent encore sur le site pour un fabricant de maisons en bois.

franceinfo : Quel est votre sentiment après cette rencontre avec Emmanuel Macron ?

On a fait le point sur ce qu’il s’est passé depuis près de quatre ans. La fermeture de cette usine Whirlpool, c’était en mai 2018. Depuis, il y a eu pas mal d’étapes. Il y a eu un repreneur, Nicolas Decayeux, qui n’a tenu qu’un an. Après, c’était Ageco.

"Beaucoup de salariés de Whirlpool ont subi trois licenciements sur trois ans."

Patrice Sinoquet, délégué CFDT 

à franceinfo

On était dans l'obligation aujourd'hui de faire le point sur la situation, de savoir qui a retrouvé un boulot et qui n'en a pas retrouvé. Effectivement, on a pas mal de personnes qui sont restés sur le carreau, toujours à la recherche d'une situation. Emmanuel Macron a promis de continuer à chercher une solution pour ces gens.

De quelle manière, concrètement ?

On a quand même un coup de pouce de la préfecture d'Amiens et de la direction du Pôle emploi d'Amiens qui, sincèrement, mettent un coup de collier pour trouver une situation à ces personnes. On attendait cette visite du chef de l’État. Alors est-ce que cela va changer aujourd'hui ? Bien malin celui qui pourrait vous donner une réponse. On espère que ce déplacement de monsieur Macron aujourd'hui va apporter quelque chose, on espère que l’on va avoir un coup de pouce pour trouver une solution à la cinquantaine de personnes qui n'ont pas trouvé d'emploi et que ceux qui sont en contrats d’intérim aujourd'hui puissent rapidement conclure leur mission par un CDI.

Quelles peuvent être les solutions ? Pourquoi cette situation dure-t-elle ?

Aujourd’hui, il n'y a pas trop de boulot. On sait pertinemment que la pandémie a freiné pas mal de choses. On a énormément de collègues qui étaient en formation et qui se sont retrouvés avec des formations suspendues. Au niveau des industries, cela a freiné également le travail pour ce qui est de l’intérim. On espère mieux dans les mois à venir. On espère que tout le monde trouvera une solution.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Whirlpool

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.