Amiens : les ex-Whirlpool sont mobilisés

L'épilogue approche pour l'ancienne usine Whirlpool d'Amiens (Somme). Le tribunal de commerce se prononcera mardi 30 juillet sur les différents projets de reprise.

FRANCE 3

Un patron face à ses salariés. Venu entendre les offres pour reprendre son entreprise, Nicolas Decayeux n'aura pas un mot pour ses anciens employés. "Il met 160 personnes à la rue. On va recevoir notre lettre de licenciement au mois d'août. Et, en plus, il n'est pas même pas fichu de venir nous voir pour nous dire quelques mots", déplore Emmanuel Shroeven, salarié de WN. Après leur licenciement de Whirlpool, les salariés avaient cru à ce repreneur picard et aux investissements : 10 millions d'euros, dont 2,5 millions d'argent public.

Une offre de reprise propose 44 emplois

Les salariés se sont réunis autour d'un casier connecté, l'un des deux seuls sortis de leur usine en un an. Pendant ce temps, au tribunal de commerce, deux repreneurs sont sur les rangs. "On a une telle volonté. On a traversé deux licenciements en un an. Il y a une réelle volonté de réussir", explique Philippe Valton, candidat à la reprise. Mais la meilleure offre vient de deux hommes, spécialisés dans l'agencement. Ils espèrent intégrer 44 personnes dans leur projet.

Le JT
Les autres sujets du JT
L\'usine de Whirlpool d\'Amiens, en janvier 2017
L'usine de Whirlpool d'Amiens, en janvier 2017 (FRANCOIS NASCIMBENI / AFP)