Travail dissimulé à l'EPR de Flamanville : Bouygues dans le viseur de la justice

Plusieurs entreprises, dont la française Bouygues Travaux Publics, sont accusées d'avoir eu recours à des salariés polonais et roumains sans les déclarer en France.

France 2

La concurrence déloyale des travailleurs étrangers non déclarés revient au cœur des débats. Le procès au tribunal correctionnel de plusieurs entreprises, dans un dossier concernant 460 ouvriers polonais et roumains non déclarés sur le chantier de l'EPR de Flamanville, s'est ouvert ce mardi 10 mars à Cherbourg.
Parmi les sociétés accusées de travail dissimulé, Bouygues Travaux Publics. Entre 2008 et 2011, l'entreprise a eu recours à deux sociétés d'intérim, basées à Chypre et en Roumanie, qui auraient fourni ces travailleurs.

Préjudice pour la Sécu : 3 à 8 millions d'euros

Plusieurs millions d'euros auraient ainsi été détournés des caisses de la Sécurité sociale. Le préjudice est estimé entre 3 et 8 millions d'euros.
La société Bouygues devra expliquer pourquoi elle a eu recours à ces deux sociétés étrangères, connues pour des pratiques douteuses. En effet, Bouygues avait été informée en 2009 de la présence d'irrégularités sur des contrats de ces travailleurs détachés.
Bouygues risque plus de 200 000 euros d'amende.

Le JT
Les autres sujets du JT