Cet article date de plus de huit ans.

Les opérateurs comptent leurs pertes dans la guerre avec Free Mobile

Après Orange et Bouygues, SFR annonce la perte de 1% de ses clients depuis l'arrivée de l'opérateur de Xavier Niel.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
SFR a perdu environ 1% de ses 21 millions de clients pour le mobile. (BLOOMBERG / GETTY IMAGES)

Après Orange et Bouygues Telecom, SFR compte les pertes dans ses rangs, jeudi 1er mars. Depuis l'arrivée le 10 janvier des bas tarifs de Free, le deuxième opérateur mobile français a perdu 200 000 clients en janvier et février. Selon Jean-Bernard Lévy, le président du directoire de Vivendi qui possède SFR, cela représente "à peu près 1% des clients totaux" de l'opérateur, dont le nombre s'élève à 21 millions pour le mobile.

Du fait de cette concurrence nouvelle, à laquelle SFR entend répondre en poursuivant encore la baisse de ses prix, le résultat brut d'exploitation de l'opérateur devrait reculer de 12% à 15% cette année, a indiqué Jean-Bernard Lévy.

• La riposte Dans un entretien aux Echos publié jeudi, le dirigeant de Vivendi dénonce "les faveurs et les contorsions qu'il a fallu pour que cette offre [celle de Free Mobile] voie le jour, le rôle joué par les pouvoirs publics hier pour l'attribution de la licence, aujourd'hui devant l'absence de couverture réelle" du territoire par le nouvel entrant.

"Les pouvoirs publics et le régulateur ont tout fait pour aboutir à l'émergence d'un quatrième opérateur mobile et l'opérateur public [Orange] lui loue son réseau dans des conditions opaques. Dans notre analyse, il y a donc bien entendu un aspect juridique", tonne Jean-Bernard Lévy. Une menace à mots couverts de porter l'affaire devant la justice.

En attendant, SFR entend répondre en poursuivant encore la baisse de ses prix : "Nous devons nous ajuster à la nouvelle donne" et cela passe par un "serrement de boulons" dans la gestion du groupe. Pour lui, il ne faut cependant "pas paniquer"

Orange perd 201 000 abonnés

France Telecom avait été le premier opérateur à faire le bilan de la saignée, en annonçant avoir perdu 201 000 abonnés au 15 février par rapport à la fin décembre 2011. "Soit 0,7% de son parc mobile qui comptait plus de 27 millions d'abonnés en France au 31 décembre 2011", selon un communiqué.

• La riposte Le premier opérateur français a baissé dès le 12 janvier le prix de sa gamme de forfaits low cost Sosh"Nos offres, en particulier les offres Sosh, ont été suffisamment attractives pour pouvoir recruter" de nouveaux abonnés, s'est félicité le PDG d'Orange, Stéphane Richard.

Par ailleurs, le succès de l'offre de Free Mobile bénéficie aussi à Orange, avec qui il a un accord d'itinérance de six ans. Il permet à Free Mobile d'utiliser le réseau d'Orange en attendant de développer le sien, pour un coût estimé à 1 milliard d'euros.

Bouygues Telecom perd 159 000 clients

Mercredi, Bouygues avait annoncé avoir perdu quelque 159 000 clients, dont 134 000 pour son concurrent Free Mobile, entre le 31 décembre 2011 et le 15 février 2012. Bouygues Telecom, troisième opérateur du marché, comptait 11,30 millions de clients en téléphonie mobile fin 2011.

• La riposte Pas vraiment de réplique pour le moment du côté de chez Bouygues. On préfère jouer les observateurs. L'arrivée de Free a généré une "forte agitation commerciale", remarque ainsi Olivier Roussat, directeur général de Bouygues Telecom. Pour Martin Bouygues, PDG du groupe diversifié dans le BTP, l'immobilier, les médias et les télécoms, "ça a été un peu tonitruant, peut-être un peu excessif, un poil vulgaire".

"Pour le moment, l'offre de Free est très forte, mais elle n'est en aucun cas le reflet de ses coûts de production. Elle n'est en aucun cas le reflet d'un gain de productivité qu'aurait inventé Free par une martingale quelconque, a poursuivi Martin Bouygues. Pour le moment, c'est un moyen pour préempter un parc de clientèle, point barre."

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.