Pour redevenir leader, Apple compte sur un iPhone 5 taille mannequin

Apple a présenté mercredi soir la nouvelle version de son smartphone.

Le vice-président d\'Apple, Phil Schiller, présente l\'iPhone 5, le 12 seprembre 2012 à San Francisco (Californie).
Le vice-président d'Apple, Phil Schiller, présente l'iPhone 5, le 12 seprembre 2012 à San Francisco (Californie). (JUSTIN SULLIVAN / GETTY IMAGES / AFP)

ENTREPRISES – C'est peu dire que l'annonce du nouvel iPhone, mercredi 12 septembre à San Francisco (Californie, Etats-Unis), était attendue. En effet, tout n'est pas rose pour Apple. Il y a tout juste un an, le système d'exploitation concurrent Android de Google est passé devant l'iPhone en France, comme le rapportait alors Le Monde.

L'iPhone 5 sera mis en vente le 21 septembre en France, et sera disponible en noir ou en blanc dans cent pays à la fin décembre. On ignore encore combien il coûtera dans l'Hexagone, mais les prix ont été alignés sur ceux de l'iPhone 4S aux Etats-Unis. Si le même raisonnement est appliqué en France, les premiers prix devraient tourner autour des 150 euros.

Ce petit nouveau a-t-il les atouts pour refaire d'Apple le leader incontesté du marché ? FTVi vous dit tout.

Un iPhone taille mannequin

La première chose qui saute aux yeux, c'est sa taille. Habillée de verre et d'aluminium brossé, la nouvelle version du smartphone d'Apple est plus grande qu'auparavant, mais pas plus large. Son écran de 4 pouces, d'une résolution de 1 136 sur 640 pixels, permet l'affichage d'une rangée d'icônes de plus que sur les modèles précédents. L'appareil est également plus fin (7,6 millimètres d'épaisseur contre 9,3 pour l'iPhone 4S), et plus léger (112 grammes contre 140).

Les applications "made in Apple", comme la suite bureautique ou encore le calendrier, ont été adaptées à cet écran XXL. En attendant d'être mis à jour pour profiter de cet affichage plus grand, les autres programmes seront flanqués de bandes noires au-dessus et en dessous de l'écran.

L\'iPhone 5 présenté en version blanche et noire, le 12 septembre 2012 à San Francisco (Californie, Etats-Unis).
L'iPhone 5 présenté en version blanche et noire, le 12 septembre 2012 à San Francisco (Californie, Etats-Unis). (JUSTIN SULLIVAN / GETTY IMAGES / AFP)

Prêt pour la 4G

Côté réseau, Apple s'enorgueillit de proposer une antenne "ultrarapide", qui s'adapte toute seule aux différentes normes en vigueur autour du monde. En plus de l'habituelle 3G, l'iPhone 5 est compatible 4G LTE. En français, cela signifie un accès internet bien supérieur à ce qui est actuellement possible sur un téléphone.

Alors que la 3G ne propose que quelques mégabits par seconde, la 4G permettra d'atteindre 100 mégabits, soit l'équivalent d'une connexion très haut débit depuis la ligne fixe d'un foyer. Nous l'expliquions en détail en décembre dernier.

Des composants musclés et un nouveau connecteur

Le reste est plus habituel. Le dernier-né de la famille iPhone embarque ainsi un capteur photo plus puissant (8 millions de pixels), qui permet de prendre des clichés à 360°, ou avec une faible luminosité. Le processeur est également plus rapide, ce qui améliore les performances du smartphone, et un nouveau micro a été incorporé pour améliorer la qualité sonore des conversations téléphoniques.

Apple promet également que la batterie, éternel point faible de ce type d'appareils, a été améliorée. Les plus acharnés pourront ainsi passer 8 heures à surfer sur internet en 3G avant d'être obligés de brancher leur téléphone. Le branchement, justement, a lui aussi été revu. Le connecteur habituel des iPhone, qui, rappelle Apple, date de 2003, est remplacé par une version plus petite baptisée Lightning. Il faudra donc s'équiper d'un adaptateur – payant – pour utiliser les accessoires prévus pour les anciens iPhone.

iOS arrive en version 6

L'iPhone embarquera la nouvelle version du système d'exploitation maison, iOS6. Pas de révolution à prévoir : les changements majeurs concernent l'intégration de Facebook au cœur du système et l'arrivée de l'application de cartographie made in Apple, qui remplace l'appli Google Maps de son concurrent.