PSA : Philippe Varin renonce à sa retraite chapeau face à la polémique

Le président du directoire du constructeur automobile a annoncé qu'il renonçait aux dispositions actuelles de sa retraite. Il devait toucher 300 000 euros net par an après son départ en 2014. Les conditions seront renégociées. 

Le président du directoire de PSA Peugeot Citroën, Philippe Varin, le 31 juillet 2013 à Paris.
Le président du directoire de PSA Peugeot Citroën, Philippe Varin, le 31 juillet 2013 à Paris. (BENOIT TESSIER / REUTERS)

Devant l'ampleur de la polémique, Philippe Varin a préféré jeter l'éponge. Le président du directoire de PSA Peugeot Citroën a annoncé dans un communiqué publié mercredi 27 novembre, qu'il renonçait "aux dispositions actuelles de [ses] droits à retraite", qu'il devait toucher après son départ prévu pour 2014. 

FRANCE 2

Le montant aurait été de 310 000 euros annuels, selon PSA  

L'entreprise avait provisionné 21 millions d'euros pour payer la retraite chapeau de son patron. Un montant jugé "indécent" par les syndicats et de nombreux responsables politiques, d'autant que PSA est confrontée à une crise profonde depuis plusieurs années.

Difficile de savoir combien exactement aurait touché Philippe Varin, à l'âge de 65 ans, c'est-à-dire dans quatre ans, puisque la retraite chapeau s'ajoute à la retraite de base et à la retraite complémentaire. Selon PSA, le montant aurait été de 310 000 euros annuels, une fois les charges sociales et les impôts déduits. 

De combien sera-t-elle après le geste de Philippe Varin ? Le président du directoire a indiqué dans son communiqué : "Je m'en remets au Conseil de Surveillance du Groupe pour décider, quand le moment sera venu, et après avis du Haut Comité de Gouvernement d'Entreprise, des conditions appropriées de mon départ à la retraite". Ces dernières seront donc renégociées. 

Hollande salue une "décision sage"

Lors d'une conférence de presse commune avec le chef du gouvernement espagnol, Mariano Rajoy, à Madrid, le président français a qualifié de "décision sage" le choix de Philippe Varin. "C'était la seule possible", a-t-il ajouté.

Le Medef et l'Association française des entreprises privées (Afep) ont aussitôt rendu hommage à "la décision courageuse" de Philippe Varin, saluant "le sens de la responsabilité" du dirigeant.

Mais pour la CGT de PSA, l'engagement de Philippe Varin n'est pas suffisant. Il faut qu'il "renonce "clairement" à sa retraite, qu'il la "distribue aux salariés", a réclamé le syndicat sur BMFTV.