Cet article date de plus de sept ans.

La SNCF va supprimer 1 432 postes en 2014, selon "Les Echos"

L'année prochaine devrait être difficile pour la SNCF, selon le quotidien économique.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Un TGV et un TER à l'arrivée, Gare du Nord à Paris, le 11 décembre 2013.  (LIONEL BONAVENTURE / AFP)

La SNCF va devoir se serrer la ceinture, ce qui se traduira par plus de 1 000 suppressions de postes. Selon Les Echos, dimanche 22 décembre, l'année 2014 s'annonce difficile pour la compagnie ferroviaire, avec notamment une poursuite de la baisse de rentabilité de sa principale activité, le TGV.

Selon le quotidien économique, le projet de budget 2014 de la SNCF, qui a été examiné la semaine dernière en conseil d'administration, "est placé sous le signe des réductions de coûts". Le transporteur devrait notamment supprimer 1 432 postes l'an prochain, par le non-remplacement des départs en retraite. Cette réduction des effectifs devrait notamment toucher particulièrement la filiale Fret SNCF, ainsi que les fonctions commerciales dans la vente de billets.

La rentabilité du TGV en baisse

Concrètement, la société espère atteindre une croissance de 2,5% de son chiffre d'affaires l'an prochain, tiré par la branche Infra – qui gère l'infrastructure – et par Keolis, sa filiale dédiée au transport de proximité, "dont le chiffre d'affaires devrait progresser de 6%".

Mais, à l'exception de Geodis, les autres branches de la SNCF, dont SNCF Voyages, qui pilote l'activité TGV, devraient voir leurs marges opérationnelles baisser l'an prochain. "La marge opérationnelle de cette branche, qui était encore de 14% en 2011, et de 12,8% en 2012, va encore reculer cette année et passer sous les 10%, une première", selon Les Echos.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Entreprises

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.