Emploi : les grands groupes obligés de revitaliser la zone qu'ils ont délaissée

Les entreprises de plus de 1 000 salariés ont l'obligation, quand elles ferment un site, de participer à la revitalisation de la zone délaissée. Reportage à Villefranche-sur-Saône (Rhône).

France 2

Après les bons chiffres du chômage au mois de mars, France 2 met un coup de projecteur sur un dispositif mis en place pour atténuer l'effet des licenciements par les grands groupes. Il n'était pas revenu sur place depuis la fermeture. Farid Benzeghda a passé 20 ans dans cette usine comme technicien en mécanique. À l'été 2011, les salariés apprennent qu'ils vont perdre leur emploi. Le groupe Ontex ferme son site d'Arnas près de Villefranche-sur-Saône (Rhône). La fabrication en France de couches-culottes n'est plus aussi rentable : 185 personnes sont licenciées.

Un million d'euros déboursés

Quatre ans après, le site a été racheté par l'agglomération de Villefranche-sur-Saône avec un objectif : recréer de l'activité sur place. Plusieurs PME spécialisées dans la vente à distance ont commencé à s'installer dans les anciens bureaux. Depuis 2002, la loi impose aux grands groupes qui licencient d'aider à recréer des emplois. Ontex a donc dû débourser un million d'euros pour le bassin économique de Villefranche.

Le JT
Les autres sujets du JT