Ecopla : les salariés veulent reprendre l'activité

Le tribunal doit décider de l’avenir de la société iséroise de barquettes d’aluminium, en liquidation judiciaire. Les salariés proposent de reprendre l'activité.

FRANCE 2

Une barquette en aluminium est en train de devenir le symbole du combat pour la production et du contrôle des salariés sur leurs usines. L'entreprise Ecopla a en effet été liquidée après être passée de main en main. Ce mercredi 5 octobre, une nouvelle audience d'appel avait lieu. Les salariés sont venus dans la salle d'audience pour défendre leur projet : ils veulent sauver leur entreprise et leurs emplois. Pour éviter la fermeture, ils souhaitent reprendre la société sous forme de coopérative. "Il faudra qu'ils prennent leur décision dans un sens de citoyenneté", déclare l'un d'entre eux. Une centaine de manifestants étaient présents à l'extérieur du tribunal. Objectif : faire pression, pour que l'ancien leader français des barquettes en aluminium ne soit pas repris par un Italien, qui veut selon eux, simplement racheter ses machines et fermer le site.

Une usine devenue un symbole

Garder les emplois en France, produire en France... Une cause soutenue par un défilé d'anciens ministres. Emmanuel Macron a déclaré : "je suis admiratif, à la fois de l'esprit de solidarité qui est le leur et de la détermination qui est la leur". Sur place également, Benoit Hamon soutient l'idée d'une Scop. Le projet est défendu jusqu'au gouvernement. À droite aussi, le président de la région Auvergne-Rhônes-Alpes, Laurent Wauquiez, annonce une aide : 400 000 euros pour soutenir le projet de Scop. La décision du tribunal est attendue le 20 octobre.

Le JT
Les autres sujets du JT