Cet article date de plus de sept ans.

Dix suicides chez Orange depuis janvier, selon l'Observatoire du stress de l'opérateur

C'est presque autant que sur toute l'année 2013, selon cet organisme interne à l'entreprise.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Selon l'Observatoire du stress et des mobilités forcées, dix salariés d'Orange se sont suicidés depuis le début de l'année 2014. (DENIS CHARLET / AFP)

C'est un motif de "grave alerte". L'Observatoire du stress et des mobilités forcées révèle, mardi 18 mars, que dix salariés d'Orange se sont suicidés depuis le début de l'année, soit "presque autant qu'au cours de toute l'année 2013".

Selon cet organisme, la majorité de ces suicides "ont une relation explicite au travail". L'observatoire a été créé par des syndicats de France Télécom (CFE-CGC et SUD) peu avant le début de la vague de suicides qui a frappé le groupe, qui emploie environ 100 000 personnes, en 2008-2009.

"On retrouve les facteurs de la crise de 2007-2009"

Même s'il y a souvent plus de suicides en début d'année et après les fêtes, l'observatoire note une accélération "tout à fait étonnante" du phénomène. Et dit "retrouver dans l'entreprise d'aujourd'hui les facteurs structurels de la crise 2007-2009, dont l'une des manifestations, la plus grave, est la remontée rapide des suicides".

Sollicité par l'AFP, Patrick Ackermann (SUD) a confirmé les chiffres de l'observatoire. Prudent sur les causes des drames, qui dans certains cas étaient clairement liés à "des questions individuelles", il souligne toutefois : "Ce qui nous interpelle, c'est qu'il y en ait eu dix en moins de trois mois contre environ un par mois les deux années précédentes". En 2013, onze suicides avaient été recensés au sein du groupe.

Le médiateur de France Télécom, Jean-François Colin, doit rencontrer vendredi 21 les représentants du personnel au comité national d'hygiène, de sécurité et des conditions de travail (CNHSCT) "pour échanger avec eux sur les dispositifs de prévention des conduites à risques", ce qui "permettra le cas échéant de renforcer ou compléter ces dispositifs".

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Entreprises

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.