Emploi : chez Bridgestone, un accord sur les conditions de départ vient d’être trouvé

En septembre dernier, les salariés de Bridgestone apprenaient la fermeture de leur usine spécialisée dans la fabrication de pneumatiques, à Béthune (Nord). Un accord sur les indemnités de départ vient d’être trouvé.

France 3

Au moment de la prise de poste, les salariés de l’usine Bridgestone à Béthune (Nord) sont rares à vouloir s’exprimer, samedi 23 janvier. Les syndicats de l’entreprise spécialisée dans la fabrication de pneumatiques ont pourtant obtenu un accord historique sur les indemnités de départ. “On a eu ce que l’on voulait, on a eu plus ou moins gain de cause au niveau des indemnités. C’est convenable ”, explique Laurent Salingue, salarié. 

 “Quatre ans de salaire”

Les conditions de départ ont été revues à la hausse. En plus de l'indemnité de base, chaque employé licencié touchera au moins 46 500 euros auxquels s’ajouteront 2 500 euros par année d’ancienneté. Signé à l’unanimité, l’accord ne satisfait cependant pas un salarié qui travaille sur le site depuis vingt-trois ans. “Les indemnités, ça représente quatre ans de salaire”, chiffre Bruno Breton.

Le JT
Les autres sujets du JT
Le logo Bridgestone, au siège social de l\'entreprise, à Tokyo, au Japon, le 12 novembre 2020.
Le logo Bridgestone, au siège social de l'entreprise, à Tokyo, au Japon, le 12 novembre 2020. (PHILIP FONG / AFP)