Antoine de Saint-Affrique est le nouveau patron de Danone

Sa nomination a été actée lundi par le conseil d'administration, deux mois après la réunion qui avait abouti au désavœu définitif de son prédécesseur.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Antoine de Saint-Affrique, le 10 juin 2015, à Zurich (Suisse). (BARRY CALLEBAUT / AFP)

Il prendra les rennes du géant français le 15 septembre. Le Français Antoine de Saint-Affrique est le nouveau patron de Danone, propriétaire des marques Actimel ou Evian. Sa nomination a été actée lundi 17 mai par le conseil d'administration, deux mois après la réunion qui avait abouti au désavœu définitif de son prédécesseur, Emmanuel Faber, au terme d'une fronde d'actionnaires combinée à des divisions au sein du conseil.

Le nouveau directeur général de la marque aux 100 000 salariés dans le monde, aura la lourde tâche de retrouver le chemin de la croissance. Mais aussi de tourner la page d'une "crise de gouvernance douloureuse", selon les mots du président du conseil d'administration, Gilles Schnepp, lors de l'Assemblée générale des actionnaires fin avril.

Un bilan salué chez Barry Callebaut

"Je suis fier et honoré de rejoindre et de bientôt diriger une entreprise qui a toujours été une source d'inspiration pour moi", a déclaré Antoine de Saint-Affrique. Il se dit aussi "impatient d'écrire, avec tous les Danoners [surnom des salariés de Danone], le comité exécutif et le conseil, le prochain chapitre de notre croissance et du développement de [la] mission d'entreprise" de Danone.

Jusqu'ici, Antoine de Saint-Affrique, 56 ans, était directeur général du groupe zurichois Barry Callebaut, qui fournit du cacao et des préparations à base de chocolat aux géants de l'alimentation (Unilever, Nestlé ou Mondelez) ainsi qu'aux professionnels de la pâtisserie. Son départ avait été annoncé le mois dernier, alimentant les spéculations sur une arrivée prochaine chez Danone.

Son bilan chez Barry Callebaut a été salué. Avec lui, le groupe a connu une phase d'expansion, aussi bien "en terme de croissance que de trésorerie", souligne Jean-Philippe Bertschy, analyste chez Vontobel. De quoi présenter un profil rassurant aux actionnaires qui tenaient Emmanuel Faber pour responsable des performances commerciales et financières jugées insuffisantes.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Entreprises

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.