Alstom : un plan pour sauver Belfort

Parmi d'autres mesures, le gouvernement a annoncé, ce mardi 4 octobre, l'achat de 15 TGV auprès d'Alstom. Le détail avec France 2.

France 2

Après quatre semaines d'inquiétudes, les syndicats annoncent le sauvetage du site Alstom de Belfort. 400 emplois étaient menacés, les syndicats sont en partie soulagés. "Maintenant, il faut voir l'avenir", exprime un homme. Le gouvernement a fait une démarche inédite pour sauver le site : une commande publique en son nom de 15 rames TGV pour des lignes Intercités, des trains qui ne circulent donc pas à grande vitesse. Coût : 450 millions d'euros.

Développer de nouvelles activités

Autre commande, celle de la SNCF : six TGV pour sa ligne Paris-Turin et 20 locomotives diesel pour le remorquage de trains en panne. Tous les sites d'Alstom devraient en profiter. Enfin, Alstom et l'État vont investir 70 millions d'euros pour faire du site de Belfort un centre de maintenance européen, mais aussi pour développer de nouvelles activités comme les bus électriques.

Le JT
Les autres sujets du JT
Ouvrier travaillant sur la fabrication des TGV  chez Alstom à Belfort.
Ouvrier travaillant sur la fabrication des TGV  chez Alstom à Belfort. (SEBASTIEN BOZON / AFP)