Alstom : journée ville morte à Belfort

Une journée ville morte est organisée à Belfort ce samedi 24 septembre pour faire pression sur le gouvernement et tenter de sauver le site d'Alstom.

FRANCE 3

Juste en face d'Alstom, la boulangerie de Sébastien à Belfort (Territoire de Belfort). En ce samedi matin, 24 septembre, l'usine tourne au ralenti alors il y a peu de monde et seulement trois salariés contre onze en semaine, comme un avant-goût de la fermeture définitive du site. Les rares clients sont désabusés. Philippe a déjà été victime de plusieurs plans sociaux et il n'est même pas certain d'aller manifester cet après-midi.

Inquiétude pour la clientèle

Depuis deux semaines, Belfort vit au rythme de la décision d'Alstom. 400 salariés menacés, plusieurs milliers d'emplois indirects, dans la rue principale, les commerçants s'apprêtent à baisser le rideau, inquiets pour leur clientèle. De son côté, le maire ne veut pas perdre espoir. Et pour faire pression, il faudra du monde cet après-midi, les organisateurs espèrent dépasser les 10 000 manifestants.

Le JT
Les autres sujets du JT
Le maire de Belfort, Damien Meslot, parle avec un employé d\'Alstom, le 14 septembre 2016.
Le maire de Belfort, Damien Meslot, parle avec un employé d'Alstom, le 14 septembre 2016. (SEBASTIEN BOZON / AFP)