Cet article date de plus de neuf ans.

Année record pour Airbus, qui empoche deux tiers du marché en 2011

L'entreprise a enregistré un nombre de commandes historiques l'an passé : 1419 unités. Sa part de marché est désormais de 64 %.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
En 2012, Airbus compte livrer trente A380 comme celui-ci, un avion dit "très gros porteur" qui peut transporter jusqu'à 853 passagers. (JEAN-PHILIPPE ARLES / REUTERS)

2011 restera dans les annales d'Airbus. Le constructeur aéronautique a fait état mardi 17 janvier de 1 608 commandes en 2011, soit un total net de 1 419 unités après annulations. Airbus s'octroie ainsi une part de marché record de 64 % en volume face à son rival américain Boeing, soit une hausse de 5 % comparé à 2010. Les deux concurrents s'attendent à une poursuite de ce dynamisme en 2012 pour faire face à la demande croissante des pays asiatiques.

L'avionneur européen, qui a confirmé avoir livré 534 appareils l'an passé, a remporté de loin la course aux commandes. Mais son palmarès a été quelque peu réduit par sa décision de reléguer en "commande provisoire" le statut des 130 avions achetés par American Airlines, qui a déposé son bilan. 

Objectif, trente A380 livrés et autant de vendus en 2012

Au final, le décompte inclut plus de 1 220 commandes d'A320 Neo, la version améliorée du monocouloir vedette de 150 sièges d'Airbus lancée il y a un peu plus d'un an et qui a acculé Boeing à moderniser son propre appareil, sous le nom de 737 MAX.

Sur les longs-courriers, Airbus a annoncé l'annulation par la compagnie émiratie Etihad de six des vingt-cinq A350-1000 qu'elle avait commandés. John Leahy, responsable commercial d'Airbus, prévoit que le contrat d'acquisition de vingt-cinq A350 auprès d'Air France-KLM serait signé dans les prochaines semaines, faisant écho aux propos de la compagnie franco-néerlandaise. Airbus souhaite également livrer environ trente A380 en 2012 et en vendre à peu près autant.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.