Prix du gaz, du tabac, frais bancaires, trêve hivernale... Ce qui change ce 1er novembre

Du côté des augmentations, le tarif réglementé du gaz grimpe de 1,6%, et le prix du paquet de cigarettes augmente de 50 centimes.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 3 min.
Le tarif réglementé du gaz augmente de 1,6% ce 1er novembre 2020. (JOHANNA LEGUERRE / AFP)

A vos porte-monnaies ! L'addition sera plus lourde, à partir de ce 1er novembre, pour vos cigarettes favorites, dont le paquet augmente en moyenne de 50 centimes. En hausse, aussi, le prix du gaz réglementé dont bénéficient encore des millions d'usagers. Enfin, alors que le nombre de personnes fragilisées s'accroît avec la pandémie de Covid-19, la trêve hivernale entre en vigueur, et les conditions de plafonnement des frais bancaires sont mieux précisées. Passage en revue de ce qui change au 1er novembre. 

Le prix du gaz réglementé augmente de 1,6%

Les tarifs réglementés du gaz appliqués par Engie (ex-Gaz de France) à des millions de foyers français augmentent globalement de 1,6% au 1er novembre. La Commission de régulation de l'énergie précise quelques tarifs dans son communiqué du 26 octobre.

"Cette augmentation est de 0,4% pour les clients qui utilisent le gaz pour la cuisson, de 0,9% pour ceux qui ont un double usage, cuisson et eau chaude, et de 1,7% pour les foyers qui se chauffent au gaz."

Commission de régulation de l'énergie

par communiqué

"Cette hausse pour le mois de novembre s'explique par les évolutions des prix du gaz sur les marchés internationaux", selon le régulateur. La hausse aurait même atteint 5,7% si un mécanisme de lissage n'avait pas été mis en place jusqu'en février pour limiter les évolutions trop brutales. La loi prévoit l'extinction progressive, d'ici à 2023, des tarifs réglementés de vente du gaz.

Engie a d'ailleurs cessé de commercialiser des contrats de ce type, mais continue pour l'instant d'appliquer ces tarifs aux consommateurs qui en bénéficient déjà. A l'avenir, il ne restera plus que des offres dites de marché, aux prix fixés librement par les fournisseurs.

Le prix du paquet de cigarettes augmente de 50 centimes en moyenne

La cinquième édition du Mois sans tabac débute dimanche 1er novembre. Et pour mieux persuader les fumeurs d'arrêter, le paquet de 20 cigarettes augmente en moyenne de 50 centimes d'euros. L'objectif recherché  depuis plusieurs années par les autorités sanitaires est que chaque paquet atteigne au moins 10 euros. Vous pouvez consulter sur le portail de la douane et des droits indirects les tarifs pratiqués par chaque marque (et ainsi vérifier qu'il existe toujours des paquets à moins de 10 euros).

Le plafonnement des frais bancaires pour les plus fragiles est mieux précisé

Le décret du 20 juillet précisant les conditions de plafonnement des frais bancaires pour les clients les plus vulnérables entre en vigueur le 1er novembre. Un client, explique le site service-public.fr, sera considéré comme fragile dans les cas suivants :

- "S'il accumule cinq irrégularités ou incidents de paiement au cours d'un même mois et non plus seulement à la suite d'irrégularités de fonctionnement de compte ou d'incidents de paiement répétés pendant trois mois consécutifs",

- "Si son dossier de surendettement est en cours de traitement et non plus seulement s'il est en situation de surendettement",

- "S'il est inscrit pendant trois mois consécutifs au fichier de la Banque de France centralisant les incidents de paiement de chèques."

Ce "client fragile verra ses frais bancaires plafonnés à 25 euros (ou 20 euros s'il bénéficie d'une offre spécifique "client fragile" de sa banque) pendant trois mois", précise le site Service public.

La trêve hivernale entre en vigueur

Comme chaque année, la trêve hivernale entre en vigueur ce 1er novembre. Aucune expulsion de logement ne peut avoir lieu jusqu'au 31 mars 2021, selon le site service public, à trois exceptions près : si le logement se trouve dans un immeuble qui a fait l'objet d'un arrêté de péril, si l'expulsion est assortie d'un relogement correspondant aux besoins familiaux du locataire et enfin si le logement est occupé par des squatteurs. Toutefois, un propriétaire peut saisir la justice et engager une procédure d'expulsion pendant cette période. Si l'expulsion est ordonnée par le juge, elle sera effective dès la fin de la trêve, le 1er avril 2021.

Interrogée sur franceinfo à propos de la trêve hivernale, la ministre déléguée chargée du Logement, Emmanuelle Wargon, a affirmé : "On va essayer de faire le moins d'expulsions possibles en cette période de Covid."

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.