Les Pays-Bas vont fermer les vannes du plus grand gisement de gaz d'Europe en octobre

Les riverains de l'immense site d'extraction dans la province de Groningue se plaignaient depuis plus de deux décennies des tremblements de terre à répétition.
Article rédigé par franceinfo avec AFP
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min
Les tuyaux appartenant à une installation d'extraction de gaz près de Garelsweerd, dans la province de Groningue (Pays-Bas), le 23 novembre 2021. (JOHN THYS / AFP)

"Nous fermons vraiment les vannes", a déclaré Hans Vijlbrief, le secrétaire d'Etat aux Mines. Les Pays-Bas ont annoncé, vendredi 23 juin, qu'ils mettraient fin, le 1er octobre, à l'extraction de gaz dans le plus grand gisement d'Europe, malgré les inquiétudes mondiales autour de l'approvisionnement énergétique suscitées par la guerre en Ukraine.

Les riverains de l'immense site d'extraction dans la province de Groningue se plaignaient depuis plus de deux décennies des tremblements de terre à répétition dont la cause est attribuée à l'exploitation intensive du sol. En raison de la "situation internationale incertaine" et en cas d'hiver extrêmement froid, onze dernières unités d'extraction de gaz du champ de Groningue doivent toutefois rester opérationnelles une année supplémentaire, avant une fermeture définitive en octobre 2024.

"Les problèmes des habitants de Groningue ne sont pas encore résolus et malheureusement les séismes devraient perdurer pendant plusieurs années, mais la source de leur malheur sera fermée à partir d'octobre", a ajouté Hans Vijlbrief dans un communiqué. En février dernier, un rapport d'une commission d'enquête avait estimé que le gouvernement avait failli et qu'il devait remédier à la situation à Groningue, où de nombreuses habitations ont subi des dommages considérables.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.