Crise énergétique : l'inquiétude pèse sur les contrats de gaz

Publié
Durée de la vidéo : 2 min
Crise énergétique : l'inquiétude pèse sur les contrats de gaz
Crise énergétique : l'inquiétude pèse sur les contrats de gaz Crise énergétique : l'inquiétude pèse sur les contrats de gaz (FRANCE 2)
Article rédigé par France 2 - J.Cholin, A.Guin, L.Bazizin, I.Delion, N.Bensmail, L.Houeix, S.Giaume, D.Breysse
France Télévisions
France 2
Alors que le tarif réglementé voulu par Bruxelles et instauré par l'État s'appliquera le 1er juillet prochain, les inquiétudes sont nombreuses sur les contrats de gaz. Comment s'y retrouver ? Éléments de réponse.

Terminé le tarif réglementé par l'État, place à la loi du marché. C'était une exigence de Bruxelles, la France l'appliquera à partir du 1er juillet prochain. À Toulouse (Haute-Garonne), un abonné au tarif réglementé a reçu une lettre d'Engie. Celle-ci lui explique que son contrat va se terminer et sera ensuite remplacé par un autre au tarif évolutif. "Avant, c'était clair. (...), le calcul est encore complexe à comprendre. Je sais que je vais continuer mais à quel tarif, je suis paumé", lance un consommateur. 

Les associations mettent en garde

Pour mieux comprendre : au 1er juillet, les tarifs réglementés basculeront vers une offre de marché. Engie les basculera vers un tarif passerelle. Ce mois-ci par exemple, il serait passé à un peu plus de 0,10 centimes par kwh, à peine 3% de plus que le tarif réglementé. Mais ce tarif pourrait être plus changeant car indexé sur les lois du marché. Pourtant des associations mettent en garde les consommateurs en cas de nouvelles crises de l'énergie. Pour l'heure, le gouvernement n'a pas précisé s'il comptait continuer à instaurer le bouclier tarifaire au-delà de janvier 2024.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.