Crise énergétique : en Moselle, la centrale de Saint-Avold fait le plein de charbon et se prépare à tourner à plein régime

Après sa fermeture le 31 mars 2022, la centrale à charbon est la deuxième à redémarrer ponctuellement en raison de la guerre en Ukraine et de la baisse de production du parc nucléaire d'EDF. Et ce, à contre-courant des recommandations environnementales.

Article rédigé par
Radio France
Publié
Temps de lecture : 2 min.
La centrale à charbon Emile-Huchet de Saint-Avold, en Moselle, le 7 juillet 2022.  (JEAN-CHRISTOPHE VERHAEGEN / AFP)

Baisse de production du parc nucléaire en France et crise énergétique liée à la guerre en Ukraine : ce sont les deux facteurs qui ont conduit le gouvernement à relancer la production de charbon dans l'Hexagone, en prévision de l'hiver prochain.

>> Guerre en Ukraine : que prévoit l'accord des Etats de l'UE sur la réduction de leur consommation de gaz ?

La semaine dernière, l'Assemblée nationale a voté le relèvement du plafond d'émissions de gaz à effet de serre, avant la réouverture de la centrale de Saint-Avold, en Moselle, prévue le 31 octobre prochain. Sur place, on se prépare à augmenter la production de charbon.

Un plafond de 2 500 heures

Le 27 mars, quatre jours avant sa fermeture, il n'y avait plus une seule trace de charbon dans l'usine. Désormais, c'est une montagne de charbon qu'on voit au coeur de la centrale. L'approvisionnement a commencé en juin dernier selon Sylvain Krebs, le responsable du parc. "Actuellement, il y a 120 000 tonnes [de charbon] sur le parc. On sait que pour l'hiver qui vient, enfin sur l'hiver complet, on va brûler de l'ordre de 600 000 tonnes."

GazelEnergie, le groupe qui gère la centrale, se prépare à tourner au maximum du plafond autorisé par le gouvernement : 2 500 heures. Selon Camille Jaffrelo porte-parole du groupe, "c'est à peu près l'équivalent de ce qu'on a tourné la saison passée". 

"2 500 heures, ça revient à peu près à fonctionner tous les jours, sauf le week-end. Tout dépend de la puissance que l'on a. Généralement, on baisse de charges la nuit et on augmente entre 7 heures du matin et 21 heures."

Camille Jaffrelo, porte-parole du groupe GazelEnergie

franceinfo

Pour pouvoir relancer la centrale, la direction a rappelé les employés qui avaient été placés en congés reclassement en mars dernier, lors de la fermeture du site.  Joseph reprend du service à la rentrée. Ce père de six enfants a signé un CDD jusqu'au 31 mars 202 : "On verra par la suite si, si on continue d'autres hivers ou s'il y a possibilité de retrouver une embauche, espère-t-il. On va y aller étape par étape."  Détail non-négligeable : le chef d’équipe double quasiment son salaire. Ce qui fait dire à Jean-Pierre Damm, le représentant FO sur le site, que c'est "gagnant-gagnant".

"L'entreprise va gagner 100 millions d'euros minimum. Les salariés vont gagner un peu plus d'argent, c'est la hauteur de l'enjeu collectif."

Jean-Pierre Damm, représentant FO

franceinfo

Lors de la COP26 à Glasgow, le charbon avait été désigné comme l’énergie à abattre. Mais en France, aujourd’hui, le parc nucléaire est à moins de la moitié de sa capacité. 

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Crise énergétique

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.