Approvisionnement en gaz : pas de "difficultés majeures" l'hiver prochain, estime le président d'Engie

Malgré la fin des importations de gaz venu de Russie, les stocks de la France ne sont pas "sous tension", explique-t-il.
Article rédigé par franceinfo avec AFP
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 1 min
Un navire transportant du gaz naturel liquéfié dans le port de Brest (Finistère), le 14 novembre 2022. (JEAN-FRANCOIS MONIER / AFP)

La France a-t-elle réussi à écarter le risque de manquer de gaz, sujet d'inquiétude en 2022 ? "A ce stade, nous sommes confiants dans le fait que nous passerons l'hiver prochain sans difficulté majeure", affirme le président de l'énergéticien Engie, Jean-Pierre Clamadieu, dans un entretien à La Tribune (article pour les abonnés) mardi 25 avril.

Malgré l'arrêt de l'approvisionnement en gaz russe de l'Europe occidentale par gazoduc, celle-ci est "parvenue à passer l'hiver (...) en grande partie grâce à la réduction de la consommation énergétique, qui a été remarquable : de 13% pour le gaz, hors effet climat pendant l'hiver 2022-2023", se félicite le dirigeant. 

Les stocks de gaz remplis à 35% en France

Pour que ses prévisions optimistes se réalisent, "il faudra parvenir à retrouver les économies d'énergie de l'hiver précédent et être très attentifs à l'accès au GNL", le gaz naturel liquéfié source vers laquelle la France, notamment, s'est tournée. "En moyenne, entre 150 et 160 bateaux de GNL débarquent chaque mois en Europe, contre 40 avant la crise", explique Jean-Pierre Clamadieu.

Les stocks de gaz en vue de l'hiver sont remplis à plus de 50% en moyenne en Europe, et 35% en France, relève également le patron d'Engie : "Nous ne sommes pas du tout sous tension", en conclut-il. Le ministre de l'Economie, Bruno Le Maire, a confirmé le 21 avril que le bouclier tarifaire sur le gaz prendrait fin rapidement, du fait de ce contexte favorable et de la baisse des prix.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.