Grève dans la fonction publique : "On a le sentiment d'être pointés du doigt et d'être un poids pour la nation"

Selon Baptiste Talbot, secrétaire général de la Fédération CGT des Services publics et invité sur franceinfo mardi 22 mai, l'union syndicale est le signe qu'il y a un problème majeur dans la fonction publique.

(THOMAS SAMSON / AFP)

Les fonctionnaires "ont le sentiment, avec d'autres catégories, d'être les sacrifiés de la politique de ce gouvernement", a déclaré Baptiste Talbot, secrétaire général de la Fédération CGT des Services publics. Les leaders syndicaux de la CFDT, la CGT et FO vont défiler ensemble ce mardi pour s'opposer au projet de réforme de la fonction publique par le gouvernement.

"On a le sentiment d'être un poids pour la Nation"

"On a le sentiment d'être pointés du doigt et d'être un poids pour la Nation. Nous pensons que la fonction publique est un outil indispensable pour les besoins fondamentaux, mais aussi pour le développement économique", a-t-il assuré. Cette union syndicale "est le signe qu'il y a un problème majeur dans la fonction publique. L'ensemble des syndicats affirment leur opposition au projet du gouvernement", a-t-il expliqué.

"On veut avoir les moyens de rendre un service public du niveau et de la qualité nécessaire pour nos concitoyens. Cela suppose d'abord qu'on maintienne les garanties statutaires et qu'on ne développe pas l'emploi contractuel comme veut le faire le gouvernement. Cela suppose également que les fonctionnaires soient correctement payés et qu'on en finisse avec la politique d'austérité salariale et le gel de la valeur du point d'indice", a-t-il demandé.

Economiser 1,2 milliard d'euros

Baptiste Talbot a dénoncé la suppression des 120 000 postes de fonctionnaires dans la fonction publique précisant que l'hôpital ne sera pas épargné : "On nous avait dit que la fonction publique hospitalière serait épargnée. Tout dernièrement, une circulaire dit qu'il va falloir économiser 1,2 milliard sur la masse salariale dans la fonction publique hospitalière, ce qui représente au minimum plusieurs milliers de postes", a-t-il assuré.