Discrimination à l'embauche : des différences de traitement relevées pour sept entreprises françaises

Dans sa stratégie de lutte contre la discrimination à l'embauche, le gouvernement a lancé une grande campagne de testing il y a quelques mois. Les résultats ont été dévoilés vendredi 7 février, et ils sont accablants. Sept grandes entreprises françaises ont été épinglées, dont Air France, AccorHotels et Renault.

FRANCE 2

Sept grandes entreprises françaises sont pointées du doigt par le gouvernement vendredi 7 février. Air France, Arkema, Altran, Sopra Steria, Renault, AccorHotels et Rexel, toutes sont accusées de discrimination à l'embauche. Lors d'un testing, 10 000 CV ont été envoyés à 40 groupes tirés au sort. Dans sept d'entre eux, un CV avec un nom à consonance européenne a 12,5% de chances d'obtenir une réponse positive, contre 9,3% pour un nom à consonance maghrébine.

Une méthodologie contestée

Six des sept entreprises ont souligné dans un communiqué "leur profond désaccord et leur indignation face aux faiblesses manifestes de la méthodologie utilisée". C'est le cas notamment d'Air France qui conteste les résultats à cause de ce biais. "Les 44 candidatures envoyées pour Air France sont toutes des candidatures spontanées, et uniquement sur sept, on relève une différence de traitement, mais on ne sait pas à qui elles ont été envoyées. Elles ont en tout cas été envoyées en dehors de notre canal unique de recrutement", affirme Laetita Niaudeau, directrice emploi, formation et diversité d'Air France.

Le JT
Les autres sujets du JT
Discrimination à l\'embauche : des différences de traitement relevées pour sept entreprises françaises
Discrimination à l'embauche : des différences de traitement relevées pour sept entreprises françaises (FRANCE 2)