Pôle emploi : "Il y a un sentiment de peur et d'angoisse qui s'est incrusté dans les esprits des personnels", explique un syndicaliste

La direction de Pôle emploi a annoncé, mercredi, des mesures de renforcement de la sécurité de ses conseillers, une semaine après le meurtre d'une conseillère à Valence.

Article rédigé par
Radio France
Publié
Temps de lecture : 2 min.
Illustration pôle emploi. (STEPHANE DE SAKUTIN / AFP)

Pôle emploi va renforcer la sécurité de ses conseillers, a indiqué mercredi 3 février la direction, une semaine après le drame qui a frappé l'opérateur public à Valence avec le meurtre d'une conseillère. En 2020, il y a eu 9 000 signalements pour des agressions ou incivilités. "Il y a un sentiment de peur et d'angoisse qui s'est incrusté dans les esprits des personnels", a expliqué sur franceinfo David Vallaperta, délégué CFDT Pôle Emploi.

franceinfo : Qu'est-ce qui a été dit lors du Comité social d'entreprise ?

David Vallaperta : Il y avait beaucoup d'émotions, le choc est encore vif sur l'ensemble du personnel et les représentants du personnel réunis par la direction pour ce CSE exceptionnel sur cette tragédie, les suites à donner et les enseignements à tirer. Il y a un sentiment de peur et d'angoisse qui s'est incrusté dans les esprits des personnels de Pôle emploi. Ils attendent des mesures fortes pour sécuriser la situation.

Comment la sécurité des agents va-t-elle être renforcée ?

À ce stade, on a pu échanger et débattre avec la direction des premières mesures qui sont des mesures d'urgence pour renforcer la sécurisation des agences Pôle emploi. Cela vise à recourir plus fortement encore aux agents de sécurité sur les sites qui en auront besoin. Il y a également toute une série de dispositifs pour renforcer la politique de recours pénal de Pôle emploi par rapport à des usagers dont le comportement nécessite ce type d'action.

Nous avons pu échanger avec la direction sur la nécessité de mener un travail rapide sur l'analyse des tous les signalements qui peuvent être faits aujourd'hui par les salariés Pôle emploi. Il faut nous assurer que nous soyons bien destinataires de l'ensemble des signalements des agences Pôle emploi ce qui n'est peut-être pas complètement le cas aujourd'hui. Il semblerait que la direction va mettre en place des dispositifs de vidéosurveillance dans les agences.

Ce système de vidéosurveillance n'existe pas actuellement ?

Non. Le drame de la semaine dernière est une première et jusqu'à présent les organisations qui avaient été mises en place pour lutter contre les problèmes d'incivilité, d'agressions ou d'altercations nous avaient amené à traiter les situations de façon autre. Il s'avère clairement que le fait de pouvoir apporter des pièces démontrant les faits par le biais de ces enregistrement sera très certainement un plus vis-à-vis de la justice.

Que demandez-vous ?

Nous demandons à la direction d'engager, avec les organisations syndicales, un travail sur des mesures durables de prévention sur la sécurité des agents et des usagers dans les accueils des agences. Cela va nécessiter un travail important sur la question, l'évolution, le renforcement des accueils y compris par rapport aux situations de hausse de chômage et d'augmentation de fréquentation de nos agences. La direction a répondu positivement à la demande de renforcer les formations qui permettent aux conseillers de mieux gérer les situations difficiles et d'actes violents.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.