Sarthe : la détresse des salariés d'Arjowiggins

Les 950 salariés d'Arjowiggins devaient être fixés sur leur sort mardi 26 mars, mais le tribunal de Nanterre (Hauts-de-Seine) qui doit trancher sur les potentiels repreneurs a encore reporté sa décision. Les salariés restent mobilisés.

France 3

L'usine de Bessé-sur-Braye (Sarthe) est à l'arrêt depuis 15 jours. Stéphane Blot, l'un des 580 salariés d'Arjowiggins a dû abandonner son poste. Il a 33 ans lorsqu'il arrive dans le groupe, et cela fait 27 ans qu'il travaille dans cette usine. Il attend, mardi 26 mars, avec angoisse, la décision du tribunal de commerce de Nanterre (Hauts-de-Seine). "On a la peur au ventre, ces gens ont envie de travailler (...)", souffle-t-il à France 3.

Trois jours pour sauver des milliers d'emplois

Ils ont appris la veille que leur seul repreneur n'aurait pas les garanties financières suffisantes. C’est un nouveau coup de massue, même si le tribunal de commerce devrait accorder un délai supplémentaire, jusqu'à la fin de cette semaine. Un calvaire qui dure depuis janvier pour les salariés des trois usines du groupe. Rien que dans la Sarthe, 3 000 emplois directs et indirects sont menacés. Il reste trois jours pour sauver ces milliers d'emplois

Le JT
Les autres sujets du JT
Des élus présents à la manifestation contre la fermeture de l\'usine, à Bessé-sur-Braye, le 28 février 2019.
Des élus présents à la manifestation contre la fermeture de l'usine, à Bessé-sur-Braye, le 28 février 2019. (JEAN-FRANCOIS MONIER / AFP)