General Electric : Bruno Le Maire attendu à Belfort, les salariés dépités

Bruno Le Maire est attendu lundi 3 juin à Belfort (Territoire de Belfort) auprès des salariés de General Electric et des élus locaux. Le groupe américain a confirmé son intention de supprimer plus de 1 000 postes en France, dont près de 800 dans son entité gaz de Belfort. 

FRANCE 3

Le ministre de l'Économie était attendu lundi 3 juin à Belfort (Territoire de Belfort). Selon les salariés de l'usine General Electric, sa visite est inutile. Les employés sont désabusés depuis l'annonce la semaine dernière de 1  044 suppressions de postes, dont près de 800 dans la branche des turbines à gaz. Lors du rachat de la division énergie d'Alstom, la firme américaine avait pourtant promis de créer 1 000 emplois en France. Le ministre de l'Économie s'est engagé la semaine dernière à tout faire pour sauver Belfort.

Les syndicats dénoncent un "carnage"

Dans un entretien à la presse régionale, Bruno Le Maire a cité plusieurs pistes pour maintenir l'activité : l'aéronautique, la rénovation des centrales et les énergies renouvelables. Les salariés ont du mal à y croire. Les syndicats demandent au ministre de faire cesser ce qu'ils appellent un "carnage" social. Les échanges risquent d'être tendus. 

Le JT
Les autres sujets du JT
Bruno Le Maire, à la sortie de l\'Élysée, en mai 2019. 
Bruno Le Maire, à la sortie de l'Élysée, en mai 2019.  (LUDOVIC MARIN / AFP)