Cet article date de plus de quatre ans.

Gemalto : la bataille des salariés pour l'avenir des cartes à puce

Publié
Durée de la vidéo : 2 min.
Gemalto : la bataille des salariés pour l'avenir des cartes à puce
FRANCE 2
Article rédigé par
France Télévisions

Le fabricant de cartes à puce Gemalto a prévu la suppression de 288 postes, en justifiant son choix par la forte concurrence que connait le groupe.

Ils sont cadres et ingénieurs dans les nouvelles technologies. Ils pensaient ne pas connaitre la crise, mais plusieurs centaines de ces ingénieurs qualifiés pourraient subir les frais d'un plan social. En tout, 288 postes devraient être supprimés en France. L'entreprise Gemalto est née en Provence il y a près de 30 ans. Spécialiste de la carte à puce, Gemalto est le premier fabricant mondial de la carte SIM. L'entreprise se heurte aujourd'hui à une concurrence à bas coût. Même si le groupe fait des bénéfices, les ordonnances travail lui permettent désormais de licencier.

Le groupe Atos s'intéresse à Gemalto

À la tête du groupe informatique Atos, Thierry Breton a lancé une offre d'achat "amical" sur Gemalto, mardi 12 décembre. Une annonce qui ne rassure pas les salariés. Le chef d'entreprise a assuré qu'il souhaitait intégrer dans son groupe, les 15 000 salariés de Gemalto dans le monde. Mais il ne s'est pas prononcé sur les licenciements déjà prévus par le fabricant de cartes à puce.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.