Aveyron : en visite à l'usine Bosch, la ministre Agnès Pannier-Runacher a été chahutée par des manifestants

La direction de l'usine Bosch de Rodez veut supprimer 750 emplois. Plus de 1 200 manifestants ont accueilli la ministre déléguée chargée de l'Industrie.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Des salariés de Bosch manifestent contre les suppressions de postes, le 19 mars 2021 à Rodez (Aveyron). (GEORGES GOBET / AFP)

Visite ministérielle mouvementée en Aveyron. La ministre déléguée chargée de l'Industrie Agnès Pannier-Runacher a été chahutée, vendredi 19 mars, par les salariés de l'usine Bosch de Rodez, après une réunion consacrée à l'avenir du site où la direction veut supprimer 750 emplois. "Je suis de votre côté, je veux vous parler les yeux dans les yeux", a lancé la ministre sans parvenir à calmer les sifflets et les protestations de 1 200 manifestants, selon les syndicats, 800 selon la police, venus exprimer leurs inquiétudes.

"Aujourd'hui, les engagements n'ont pas été satisfaisants", a-t-elle admis face à des salariés qui estiment que le gouvernement a lâché la filière diesel. Le 5 mars, l'équipementier automobile allemand a annoncé qu'il allait supprimer, d'ici à 2025, quelque 750 emplois dans son usine aveyronnaise qui produit des injecteurs pour moteur diesel. Le site ne conserverait ainsi que 500 salariés. "Le projet qui est proposé n'est pas suffisamment étayé, pas suffisamment crédibilisé", a estimé la ministre après avoir rencontré la direction de Bosch et son PDG France, Heiko Carrie, en présence des représentants des salariés.

"En mode commando"

Selon Agnès Pannier-Runacher, l'équipementier a exprimé "plusieurs pistes de diversification", la première en rapatriant "des éléments confiés à d'autres sites", la deuxième "en faisant de Rodez l'usine mère pour des procédés hydrogènes pour des camions frigorifiques", ou encore en implantant "un incubateur pour d'autres industriels".

Elle a affirmé sa volonté "de passer en mode commando" en organisant un suivi mensuel de la réorganisation de l'usine, s'engageant à revenir "dans les trois mois". La ministre a également participé à une seconde réunion avec le comité de suivi et les élus locaux, notamment la présidente de la région Occitanie, Carole Delga, et le maire de Rodez, Christian Teyssèdre. "La réunion a été très utile pour fixer un cap", a affirmé l'édile, regrettant cependant que la direction de Bosch n'ait pas répondu "depuis trois ans" aux souhaits de diversification voulus par les élus locaux.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.