Cet article date de plus d'un an.

Vidéo Souleymane, charpentier dans les Alpes

Publié
Durée de la vidéo : 3 min
Son oncle charpentier, ses parents dans la menuiserie... Depuis petit, Souleymane manie le bois. Après six ans d’études, il a fait de sa passion, son métier, en devenant charpentier dans les Alpes.
VIDEO. Souleymane, charpentier dans les Alpes Son oncle charpentier, ses parents dans la menuiserie... Depuis petit, Souleymane manie le bois. Après six ans d’études, il a fait de sa passion, son métier, en devenant charpentier dans les Alpes. (Brut.)
Article rédigé par Brut.
France Télévisions
Son oncle charpentier, ses parents dans la menuiserie... Depuis petit, Souleymane manie le bois. Après six ans d’études, il a fait de sa passion, son métier, en devenant charpentier dans les Alpes.

Voir des maisons grandir, comme ça, juste à l'aide de ses mains et de son cerveau, c'est incroyable”. Depuis septembre 2022, Souleymane, 21 ans, est charpentier, après six ans d’études. Pour lui, son activité est un métier passion où il crée de ses mains des habitations entièrement composées de bois. “On peut le dire, on est fier de ce qu'on a fait, et de voir qu'après, ça plaît aux clients, mais à tous les gens qui passent autour, qui s'intéressent à ce travail artisanal. Je dirais que c'est bien plus que charpentier, c'est constructeur bois. Je fabrique, je coupe, je construis et je pose”, confie Souleymane. 

Moniteur de ski l’hiver et charpentier le reste de l’année

Été comme hiver, le jeune homme de 21 ans est dans ses montagnes. L’hiver, il dévale les pistes en tant que moniteur de ski. “Cette année, pas de repos, mais c'est ce que j'ai choisi, c'est ce que j'aime”. Dans les Alpes et les endroits un peu reculés, il déplore l'exode rural où les jeunes de son âge se déplacent dans les villes environnantes pour chercher du travail. ”C'est regrettable, mais du coup, ça apporte une plus-value pour ceux qui restent ruraux à la montagne, qui travaillent dans ces zones parce qu'ils gardent le savoir-faire et continuent à travailler dans un environnement où déjà nos ancêtres travaillaient avant”. Très heureux d'être parvenu à devenir charpentier, le métier de ses rêves, Souleymane conseille vivement de “faire de sa passion, un métier parce que c'est là où on se sent le mieux, où on est en symbiose avec tout ce qu'on fait et qu'on aime son travail”, explique-t-il. 

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.