Cet article date de plus d'un an.

Vidéo La Slovénie, un paradis pour les abeilles ?

Publié
Durée de la vidéo : 3 min.
Le pays est d'ailleurs à l'initiative de la journée mondiale de l'abeille qui tombe le jour de la naissance du Slovène Anton Jansa, père de l'apiculture moderne.
BRUT
Article rédigé par

Le pays est d'ailleurs à l'initiative de la journée mondiale de l'abeille qui tombe le jour de la naissance du Slovène Anton Jansa, père de l'apiculture moderne.

En Slovénie, l'apiculture fait partie du paysage. On y trouve pas moins de huit ruches par kilomètre carré et cinq apiculteurs pour 1000 habitants, le plus haut taux en Europe. Les ruches se trouvent jusqu'en ville. Gorazd Trusnovec, un apiculteur, en possède 50 à travers la capitale Ljubljana. "Je pense que l'apiculture est la voie royale pour se connecter à la nature", estime-t-il.

Une crise sans précédent ?

À l'échelle mondiale, les abeilles traversent une crise sans précédent. Rien qu'en 2016, les essaims ont diminué de 33 % aux États-Unis et de 13 % dans l'Union européenne. En cause : les pesticides, les espèces invasives et le changement climatique. "Si demain les abeilles disparaissaient à l'échelle mondiale, les humains s'éteindraient en quatre ans", alerte une apicultrice. En effet, un tiers de ce que nous mangeons provient des abeilles.

La Slovénie, un modèle dans la protection des abeilles

Face à cette crise, le pays veut agir. En plus d'avoir réussi à faire approuver par les Nations unies l'instauration d'une journée mondiale de l'abeille, la Slovénie est également le seul pays européen à avoir protégé son abeille locale, la carniolienne. La Slovénie est également au cœur des secteurs de l'apithérapie et de l'apitourisme. Les visiteurs peuvent profiter des bienfaits des produits issus de l'apiculture, admirer la peinture sur ruche, une tradition slovène et surtout se sensibiliser à l'importance des abeilles. En 2017, la Slovénie a gagné le National Geographic World Legacy Award pour la protection de son héritage naturel.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.