Pièces à conviction, France 3

VIDEO. "Une société qui maltraite ses enfants, c’est une société qui met en péril son âme" : le coup de gueule de Lyes Louffok, ancien enfant placé

En janvier 2019, une enquête de "Pièces à conviction" sur les enfants placés avait provoqué une vive émotion, jusqu'au sommet de l'Etat. Deux ans après, où en est-on ? Les promesses ont-elles été tenues ? L'Etat a-t-il pris la mesure du désarroi de ces enfants ? Lyes Louffok, qui avait témoigné de l'enfer qu'il avait vécu en foyer, est devenu un porte-voix. Pour lui, l'histoire piétine. Voici sa réaction dans une nouvelle enquête, à voir dans le magazine le 27 janvier 2021.

Des éducateurs dépassés, parfois maltraitants, des enfants en détresse dans des situations d’une extrême gravité, comme des cas d'abus sexuels commis par d’autres enfants en foyer ou en famille d'accueil, ou des adolescents de 15 ans livrés à eux-mêmes dans des chambres d’hôtel... Le 16 janvier 2019, le magazine "Pièces à conviction" diffusait un document choc intitulé "Enfants placés : les sacrifiés de la République". Cette enquête au cœur de l’Aide sociale à l’enfance (ASE) révélait l’ampleur de problèmes jusque-là étouffés.

Ces graves dysfonctionnements ont ému l'opinion, jusqu'au sommet de l'Etat. L'implication d'un ancien enfant placé, Lyes Louffok, venu témoigner de l'enfer qu'il a vécu en foyer sur le plateau de l'émission, a contribué à déclencher une prise de conscience collective et ouvert la voie pour de nombreuses victimes. Le jeune homme est devenu un porte-parole pour ces enfants oubliés, au nombre de "340 000 en France, et dont 70% sortent de l'ASE sans aucun diplôme" s'insurge-t-il.

Un coup de fil de Brigitte Macron

Le soir même de la diffusion, Lyes Louffok a reçu "une avalanche de messages" de remerciements, puis le lendemain, un soutien inattendu : celui de Brigitte Macron. "Extrêmement scandalisée par les images qu'elle a vues", la première dame l'a appelé sur son portable. Et lui a promis d'appuyer la création d'un secrétariat d'Etat à la Protection de l'enfance au lieu du poste de "haut commissaire" initialement prévu. 

Un secrétariat d’Etat à la Protection de l’enfance et une mission d'information

L'intervention de Brigitte Macron a-t-elle fait pencher la balance ? Dix jours après ce coup de téléphone, Edouard Philippe a nommé Adrien Taquet secrétaire d'Etat auprès de la ministre des Solidarités et de la Santé. Une mission d'information et des groupes de travail ont vu le jour à l'Assemblée nationale. Devant les députés, des chiffres terribles ont été martelés : "2 morts par semaine, 1 viol toutes les heures, 40% d'anciens enfants placés parmi les SDF de moins de 25 ans". Le 14 octobre 2019, un plan national de prévention et de protection de l'enfance était lancé, et une rallonge de 80 millions d'euros était allouée à l'ASE, pour un budget global de 8 milliards.

La réponse du gouvernement est-elle à la hauteur des attentes des enfants placés ? 

Le 27 janvier 2021, "Pièces à conviction" consacre son dernier numéro aux suites de cette prise de conscience. La réponse du gouvernement est-elle à la hauteur de la situation ? Pour Lyes Louffok, elle ne comble pas les attentes des enfants placés. Dans cette interview, il liste les demandes qui avaient été faites au gouvernement, "des demandes qui ne coûtent pas beaucoup d'argent et sont juste du bon sens" – et dont, selon lui, aucune n'a été satisfaite par le plan présenté en fin d'année.

Lyes Louffok : "Aucune de nos demandes n'est validée par le plan présenté en fin d'année"

"Nous, on demandait la création d'une agence nationale de contrôle, la création d'un fichier national qui recenserait les agréments des familles d'accueil ; on demandait des pourparlers pour créer un ordre professionnel du travail social, qui permettrait de réguler cette profession et d'interdire l'exercice de ce métier à ceux qui ont été violents (...). Il va falloir combien de documentaires, avant que de réelles actions soient mises en œuvre ? Combien ?"

Extrait de "Enfants placés : que fait la République ?", une enquête à voir lors d'une soirée spéciale du magazine "Pièces à conviction" le 27 janvier 2021.

> Les replays des magazines d'info de France Télévisions sont disponibles sur le site de Franceinfo et son application mobile (iOS & Android), rubrique "Magazines".

\"Il va falloir combien de documentaires comme celui de Pièces à conviction ?\" : le coup de gueule de Lyes Louffok, ancien enfant placé
"Il va falloir combien de documentaires comme celui de Pièces à conviction ?" : le coup de gueule de Lyes Louffok, ancien enfant placé (PIÈCES A CONVICTION / FRANCE 3)