Crèches : aider les demandeurs d'emploi

Le plan pauvreté du gouvernement annoncé jeudi 13 septembre propose 90 000 places de crèches réservées aux familles les plus en difficulté. L'Ille-et-Vilaine est un département pilote et fonctionne ainsi depuis près de huit ans.

Voir la vidéo
France 2

Le département de l'Ille-et-Vilaine donne en priorité des places en crèche aux familles défavorisées depuis huit ans. Une mesure annoncée dans le plan pauvreté qui devrait s'étendre à l'ensemble du territoire. À Louvigné-du-désert, cette place était nécessaire pour Amandine Ababou, mère de 25 ans. Grâce à ce système, elle a pu reprendre une formation et enchaîner les stages. Aujourd'hui les familles aux revenus modestes ont souvent du mal à obtenir des places en crèche ou en halte-garderie. Horaires décalés, temps partiels ou chômage, elles n'ont parfois besoin de ces accueils que de manière ponctuelle.

Près d'un enfant sur cinq vit sous le seuil de pauvreté

Pour inciter les structures à accepter plus de familles en situation précaire, une aide financière va être mise en place. En France, près d'un enfant sur cinq vit sous le seuil de pauvreté. En 2017, en Ille-et-Vilaine, 87 établissements qui accueillent au moins 40% d'enfants de familles modestes ont bénéficié d'une subvention de plus de 2 000 €. Pour prévenir les inégalités, l'accent est également mis sur l'apprentissage du langage. Les études montrent que les enfants issus de familles défavorisées maitrisent deux fois moins de mots que ceux issus de familles aisées. La méthode utilisée, appelée "parler bambin" permet aux enfants de gagner en autonomie et de s'adapter plus facilement à la maternelle. Aujourd'hui, les familles favorisées ont quatre fois plus de chances d'obtenir une place en crèche que les ménages les plus modestes.

Le JT
Les autres sujets du JT
Une assistante maternelle accueille des enfants dans un crèche collective d\'Hérouville Saint-Clair dans le Calvados.
Une assistante maternelle accueille des enfants dans un crèche collective d'Hérouville Saint-Clair dans le Calvados. (MYCHELE DANIAU / ARCHIVES)